Révision constitutionnelle en RDC: la société civile dans les débats

Le palais du Peuple, à Kinshasa, en République démocratique du Congo.
© Wikimédia

Le projet de révision constitutionnelle reste au centre des controverses en RDC. Plusieurs leaders de la société civile de la capitale ont entrepris des rencontres avec différentes personnalités politiques de l'opposition et de la majorité pour essayer de comprendre les positions des uns et des autres. Ils se proposent également d'aller s'entretenir avec le président Kabila.

Une trentaine de leaders de la société civile de Kinshasa ont décidé de consulter des personnalités politiques de la majorité et de l’opposition. « Nous élaborons une seule thèse qui va nous aider pour que nous puissions donner de bonnes conclusions responsables, édifiées, et surtout réfléchies par les uns et les autres », explique Katy Kalanga, porte-parole du groupe.

A Lubumbashi, on appelle au respect des règles démocratiques. Femme d’affaires et présidente d’une structure d'encadrement des enfants, Denise Kamina affirme que la femme a aussi des ambitions : « Nous voulons un changement et ce changement ne peut pas venir de cette révision constitutionnelle. Nous voulons voir pourquoi pas une femme à la tête de ce grand pays, et nous pensons que la femme est capable de maintenir une certaine stabilité et d’amener un changement. »

Pour Jean-Pierre Muteba, coordinateur provincial et porte-parole de la société civile du Katanga, le gouvernement de cohésion nationale attendu d’ici le 15 septembre ne rassure pas du tout : « Nous pensons qu’il est important aujourd’hui que l’opposition reste dans sa position et prépare les élections, et que la majorité puisse continuer à gérer le mandat jusqu’à la fin 2016 de manière à ce que ce gouvernement de cohésion nationale ne vienne pas tripoter la Constitution. »