Nigeria: les sages de Maiduguri inquiets de la menace de Boko Haram

L'entrée de Maiduguri en provenance de la ville de Kano.
© RFI / Julie Vandal

Le forum des sages de l'Etat de Borno appelle l'armée au secours. Le comité exécutif du groupe des « sages » ou des « anciens », qui compte une soixantaine de notables, notamment des dignitaires religieux et des militaires retraités, redoute une attaque imminente de Boko Haram sur Maiduguri. L'insurrection islamiste, depuis bientôt deux semaines, contrôle une douzaine de localités autour de la capitale de l'Etat de Borno, dont Bama, à moins de quatre-vingts kilomètres.

Les sages de Borno appellent l'armée à l'aide, car les habitants de Maiduguri, et les nombreux déplacés qui y ont trouvé refuge, n'ont nulle part où aller, s'inquiète le porte-parole du groupe des sages, Bulama Mali Gubio.

« Boko Haram occupe désormais les principales positions stratégiques d'un point de vue militaire, les insurgés ont la forêt de Sambissa, les collines de Gwoza, et même le centre de formation des policiers, explique Bulama Mali Gubio. Ils contrôlent aussi la quasi-totalité des axes routiers qui mènent à Maiduguri. Ils ont fait sauté des ponts, le seul axe qui échappe encore à leur contrôle est le tronçon 'Maiduguri-Kano-Jos', et encore, les insurgés y tendent parfois des embuscades. »

Des habitants pris au piège

La population fuit les zones insécurisées. Bulama Mali Gubio décrit une situation très critique pour la population : « Près de la moitié de la population de l'Etat de Borno, qui compte cinq millions d'habitants, se trouve désormais à Maiduguri. Maiduguri est pour tous ces gens la dernière ville. Personne autour ne peut plus les aider, ou les accueillir. Donc la seule option c'est de rester à Maiduguri, soit pour y mourir, soit pour survivre. Nous n'avons nulle part où aller ! »

Lors d'une déclaration diffusée cette semaine, les sages de Borno ont demandé au gouvernement de fortifier Maiduguri et d'envoyer des effectifs en renforts, Bulama Mali Gubio insiste :« Il faut qu'ils soient bien équipés notamment en munitions sinon nous envoyons nos jeunes soldats à une mort certaine et ce n'est pas ce que nous souhaitons ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.