RDC: l'opposition dans le viseur du pouvoir

Lambert Mende, porte-parole du gouvernement, a à son tour pris à parti les opposants.
© AFP

En République démocratique du Congo, le secrétaire-général de l'UNC, la troisième force de l'opposition représentée au Parlement, Jean-Bertrand Ewanga a été condamné ce jeudi 11 septembre à un an de prison ferme pour outrage au chef de l'Etat, mais aussi au président du Sénat, au président de l'Assemblée nationale et au Premier ministre.

Joseph Kapika, le porte-parole de l'UDPS, le principal parti d'opposition, avait lui aussi participé au rassemblement de l'opposition à Kinshasa au cours duquel Jean-Bertrand Ewanga s'était exprimé contre la révision de la Constitution et un troisième mandat pour le président Joseph Kabila. Pour Kapika, la sentence prononcée contre Ewanga est une « condamnation politique » et n'avait rien à voir avec la justice.

« Ils ont voulu réduire au silence l'opposition et la société civile afin de remettre en selle une nouvelle dictature », a déclaré l'opposant. Prenant la parole pour le compte de l'ensemble de l'opposition, Kapika a déclaré qu'ils n'allaient plus laisser faire et qu'ils allaient s'opposer vaille que vaille aux tentatives du gouvernement pour modifier la Constitution.

« Les juges sont venus avec une décision qu’ils avaient dès le départ pour condamner Ewanga, pour donner un avertissement à d’autres opposants (...) La voix d’Ewanga portait très, très fort. Et il fallait à tout prix balayer, interdire ou en tout cas déranger Sauvons la RDC parce que nous dérangeons », affirme pour sa part Martin Fayulu, député des Forces acquises au changement. « Mais nous n’aurons pas peur. Nous allons continuer, prévient-il. Ce combat est un combat noble. Nous devons barrer la route à toute personne qui veut se maintenir au pouvoir en violation de la Constitution du 18 février 2006. »

Non à la réforme de la loi fondamentale

Pourquoi l'opposition s'oppose-t-elle au changement de la Constitution ? C'est parce qu'elle craint que le gouvernement veuille profiter du changement de la Constitution pour convoquer des élections. L'objectif final serait de permettre à Kabila de gouverner jusqu'à 2021.  Les opposants au régime refusent désormais de se laisser vaincre par la peur et invitent la société civile à les rejoindre lors de la marche qu'ils ont organisée dans la capitale ce samedi 13 septembre. C'est une marche pour dire « non » à la réforme de la Loi fondamentale, disent les organisateurs. 

La réponse du gouvernement n'a pas tardé. « S'ils ne comprennent pas que la justice est indépendante, nous, nous le comprenons », a déclaré le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Lambert Mende. Et d'ajouter que le gouvernement n'avait pas l'habitude de réagir aux décisons de justice.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.