Republier
Burundi Rwanda

Cadavres du lac Rweru au Burundi: le mystère reste entier

Le lac Rweru.
©

Qui sont les personnes tuées et enveloppées dans des sacs découverts flottant dans le lac Rweru, au nord-est du Burundi, depuis la mi-juillet ? Qui les a tuées ? Bujumbura et Kigali nient qu’il s’agisse de leurs ressortissants et aucune réponse officielle n’a encore été donnée à toutes ces questions par les autorités burundaises, mais beaucoup estiment que les marais situés au nord du lac auraient gardé à jamais leur secret si la rivière Kagera qui prend sa source au Rwanda n’avait dévié de son cours à cet endroit.

Des réponses évasives, des rires nerveux, la voix qui tremble parfois. La peur semble dominer chez les paysans rwandais depuis qu’ils voient passer au fil de l’eau des cadavres enveloppés dans des sacs. Et ils assurent que cette histoire n’aurait jamais éclaté au grand jour si la rivière Kagera ne s’était frayée depuis quelques mois un nouveau chemin jusqu’au lac Rweru que le Rwanda partage avec le Burundi.

« Bien sûr que nous avons peur, explique l’un d’eux. Vous ne pouvez pas voir chaque jour deux, trois personnes tuées de cette manière emporter par la Kagera sans être terrifié. Vous l’avez su parce que la rivière les a jetés dans le lac Rweru, sinon beaucoup d’autres ont été emportés avant ».

Pas d'enquête conjointe

Un autre agriculteur rwandais invoque carrément « un miracle de Dieu » pour que la mort dans des conditions atroces de ces dizaines de personnes en provenance du Rwanda ne soit pas vaine. Mais il faudrait pour cela que les enquêtes lancées depuis bientôt un mois aboutissent. On en est encore loin. Il n’y a pas eu de commission mixte d’enquête burundo-rwandaise comme annoncé et la procédure d’enquête utilisée n’est pas des plus orthodoxe :

« En fait, avec les Rwandais, on n’a pas fait d’enquête ensemble, indique la gouverneure de la province de Muyinga, dans le nord-est du Burundi, frontalière du Rwanda, Aline Manirabarusha. Mais pour le moment ce que nous sommes en train de faire, c’est continuer l’enquête. Nous demandons aux chefs de colline, aux chefs de zone s’il n’y a pas quelqu’un qui aurait perdu l’un des siens ».

Depuis que cette affaire est à la une des journaux burundais, plutôt indépendants, les autorités burundaises ont évité toute démarche qui pourrait embarrasser le voisin du nord, et cela ne risque pas de changer, selon de nombreux observateurs.

Nouveau démenti côté rwandais

« Aucun cadavre n’a été trouvé au Rwanda, nous parlons de cadavres trouvés au Burundi », a martelé le porte-parole de la police rwandaise Damas Gatare interrogé par RFI. Le porte-parole de la police a balayé d’un revers de la main les témoignages recueillis par RFI de Rwandais, riverains de la rivière Akagera, qui ont assuré avoir vu des cadavres ensachés descendre le cours d’eau qui se jette dans le lac Rweru à cheval entre le Rwanda et le Burundi. Pour le porte-parole de la police, il s’agit donc toujours d’une affaire essentiellement burundaise. Ce dernier a également répété qu’aucun Rwandais n’était porté disparu dans le pays.

Un démenti que les autorités rwandaises avaient déjà opposé aux Etats-Unis, à la Grande-Bretagne et à Human Right Watch qui s’étaient inquiétés fin mai et début juin, d’une vague de disparition forcées au Rwanda. Lors du reportage de RFI, les habitants avaient également assuré que les autorités locales leur avaient donné pour consigne de ne pas parler aux journalistes burundais qui se rendraient sur les lieux. Le porte-parole de la police a assuré ne pas être au courant de telles consignes.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.