Republier
ONU Ebola

Un milliard de dollars nécessaires pour contrer Ebola

Un panneau de prévention du virus Ebola dans les rues d'Abidjan, en Côte d'Ivoire.
© REUTERS/Luc Gnago

L'ONU a affirmé, mardi 16 septembre, que désormais près d'un milliard de dollars sont nécessaires pour lutter contre Ebola en Afrique de l'Ouest, soit le double des fonds demandés il y a moins d'un mois. Les Nations unies tablent à présent sur 20 000 cas d'ici la fin 2014. Près de la moitié des fonds seront destinés au Liberia. La fièvre hémorragique Ebola a ainsi tué 2461 personnes en Afrique de l'Ouest depuis le début de l'année.

Lors d'une réunion à huis clos à Genève, la responsable des opérations humanitaires des Nations unies, Valérie Amos, a averti que « la capacité des trois principaux pays affectés - Guinée, Liberia et Sierra Leone - à répondre aux besoins essentiels de la population est sur le point de s'effondrer ».

Valérie Amos, responsable des opérations humanitaires des Nations unies, le 16 septembre à Genève. © REUTERS/Denis Balibouse

Valerie Amos a rappelé que les trois pays sont dans des situations d'après-guerre et sont excessivement menacés par l'épidémie. Elle a souligné trois risques majeurs :

« En premier lieu, nous devons prévenir le risque d'un effondrement complet des systèmes de santé des pays affectés. Nous estimons que plus de personnes sont mortes d'effets secondaires ou de maladies contractées après Ebola - comme le paludisme, la tuberculose et des maladies chroniques, ou pendant des accouchements difficiles -, que d'Ebola même. Deuxièmement, la sécurité alimentaire dans les pays touchés est très inquiétante, alors qu'il s'agit de pays parmi les plus pauvres du monde. Troisièmement, la question sanitaire et la gestion de l'eau vont être critiques. »

Ocha, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires, va mettre son expertise en matière de coordination au service d'un nouveau plan d'action : un plan qui lie les différentes agences de l'ONU, les gouvernements des pays touchés, les ONG impliquées et les partenaires occidentaux.

Les détails de ce plan restent très vagues :

- Le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies a commencé à acheminer de l'aide à 1,36 million de personnes dans les trois principaux pays affectés par l'épidémie, et attend « les contributions pour continuer à monter en puissance » ;

- De son côté, le comité d'urgence de l'OMS sur Ebola est chargé de « réévaluer la situation » et de « décider si des mesures temporaires supplémentaires doivent être prises pour réduire la propagation internationale » de l'épidémie. Ses conclusions sont attendues en fin de semaine.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.