Sénégal: la lutte contre le virus Ebola s'organise sur Facebook

La ministre sénégalaise de la Santé Awa Marie Coll Seck annonçant le premier cas d'Ebola au Sénégal, lors d'une tenu une conférence de presse à Dakar le 29 août 2014.
© AFP Photo/ SEYLLOU

Au Sénégal, la lutte contre le virus Ebola s’organise sur les réseaux sociaux. Un collectif de jeunes blogueurs a créé une page Facebook intitulée #SenStopEbola pour mener des campagnes de prévention auprès des populations. Internautes et personnalités soutiennent l'initiative.

Cette initiative citoyenne a été saluée par le chanteur Youssou Ndour sur Twitter. « Je reste admiratif devant le travail du réseau des blogueurs du Sénégal », dit-il. Le 29 août dernier, le premier cas d’Ebola était confirmé à Dakar, celui d’un étudiant guinéen touché par la fièvre hémorragique, qui est aujourd’hui sorti d’affaire. L’un des initiateurs du mouvement #SenStopEbola, Cheikh Fall et Charles Vieira Sanches avec tous les blogueurs du pays de la Terenga, et l’aide des « influenceurs » web du réseau Afriktiviste, décident alors de mettre en place une campagne d’information et de prévention de l’épidémie d’Ebola, en utilisant les réseaux sociaux.

Campagne de prévention sur Facebook

Le collectif, basé à Dakar, crée une page Facebook, un visuel spécifique pour les profils Twitter, et met en ligne des notices et des conseils d’hygiène explicites qui sont traduits dans les sept langues principalement parlées au Sénégal. Une application pour smartphone est également développée. Elle affiche un fil d’informations continu sur l’épidémie. Une communication web parfaitement réussie et, selon Charles Vieira Sanches, #SenStopEbola a permis l’union sacrée de tous les Sénégalais face à ce fléau.

« L’ originalité de ce hachtag, déclare-t-il, c’est que dès le départ, on a essayé de créer une identité forte pour que ceux qui adhèrent à cette campagne puissent transmettre aussi ce message. D’abord, dire halte à la panique, et respecter les mesures d’hygiène. A côté de l’épidémie Ebola, il y avait toute une psychose qui était une autre forme d’épidémie, qui était en train de naître. Nous voulions mettre fin à cela et relayer la bonne information. On a été contactés par un certain nombre d’activistes guinéens pour voir comment on peut les aider, maintenir cette flamme de la solidarité africaine et dire " non " à l’isolement. Il faut maintenir le cap de la prévention et celui de la solidarité. Ce n’est que comme cela qu’on réussira à bouter l’épidémie Ebola hors de la région ».

Plus de 2 400 morts en Afrique de l’Ouest

Le dernier bilan de l’OMS est effroyable. Plus de 2 400 morts sur pratiquement 4 800 cas confirmés, probables ou suspects, sont à déplorer en Afrique de l’Ouest. En revanche, le message délivré par #SenStopEbola est clair, l’épidémie peut être circonscrite. Et plus qu’un espoir, c’est une certitude ! Que partage d’ailleurs les rappeurs du mouvement « Y’en a marre » dans leur dernier titre, Fagaroul ci Ebola, qui réunit les figures de proue du mouvement Hip Hop sénégalais. Le clip affiche déjà 17 000 vues sur YouTube.

« Y’en a marre », mouvement citoyen créé par le groupe de rap Keur Gui en soutien à la campagne #SenStopEbola, demande dans Fagaroul ci Ebola à la population de prendre des mesures de précaution face à Ebola, en ayant par exemple une hygiène irréprochable comme se laver le plus souvent possible les mains.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.