RDC/Congo-Brazzaville: tourner la page de la crise des expulsions

Un bateau du Congo-Brazzaville ramenant en RDC des Congolais expulsés ou qui ont fui craignant une expulsion violente, en avril 2014. Depuis, le commerce fluvial entre les deux Congo est interrompu: en cause la nécessité de détenir un visa.
© RFI/Habibou Bangré

Les présidents des deux Congo ont eu un entretien en tête à tête vendredi. Parmi les sujets évoqués, les questions de sécurité régionale, l'épidémie d'Ebola mais aussi les relations entre les deux pays suite à la crise provoquée par l’expulsion de millions de ressortissants de RDC du Congo-Brazzaville. Parmi les conséquences de cette crise, l'interruption du commerce sur le fleuve Congo, entre les deux capitales les plus rapprochées du monde. Le commerce fluvial a disparu avec la décision des deux pays d'imposer des visas pour la circulation entre les deux rives du fleuve. Enfin, les deux présidents semblent décidés à débloquer la situation.

Au palais de la nation de Kinshasa, les entretiens et le déjeuner qui a suivi, entre le président Joseph Kabila et Denis Sassou-Nguesso, ont duré un peu plus de trois heures. Selon le communiqué final lu devant la presse par Raymond Tshibanda, ministre des Affaires étrangères de la RDC, les deux dirigeants ont instruit leurs experts de se retrouver dès mardi prochain pour examiner les modalités pratiques de la reprise du commerce transfrontalier entre les deux Congo.

Futures enquêtes sur les violations des droits de l’homme ayant émaillé les expulsions

Ce commerce est interrompu depuis avril quand Brazzaville a décidé d’expulser tous les étrangers en situation irrégulière. Les sujets originaires de la RDC ont été les plus concernés par ces expulsions en raison de leur grand nombre qui s’explique par la proximité entre Brazzaville et Kinshasa, séparées juste par le fleuve Congo.

Toujours d’après le communiqué de ce vendredi, mission a été donnée aux experts de constituer une mission mixte d’enquête sur les allégations de violations des droits de l’homme ayant émaillé les opérations d’expulsion.