Afrique du Sud: la Russie va livrer huit réacteurs nucléaires

Areva a participé à la contruction de la centrale nucléaire de Koeberg, en Afrique du Sud.
© Creative Commons/Pipodesign Philipp P Egli

La Russie a annoncé, ce lundi 22 septembre, qu’elle allait fournir, d’ici à 2023, jusqu’à huit réacteurs nucléaires à l’Afrique du Sud, selon un communiqué de l’Agence russe de l’énergie atomique Rosatom. Cet accord pourrait sonner le glas des ambitions du groupe français Areva, déjà fournisseur de l'unique centrale sud-africaine et qui ambitionne de ravir le marché sud-africain.

L’annonce a été faite lors d'une conférence de l'Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) qui a lieu en ce moment même à Vienne, en Autriche. Moscou et Pretoria ont un partenariat dans le domaine de l’énergie nucléaire. Le mois dernier, le président sud-africain, Jacob Zuma, a effectivement effectué un voyage de quasiment six jours à Moscou.

Outre la construction de réacteurs nucléaires, l’accord prévoit également la formation de spécialistes africains dans les universités russes.

L'Afrique du Sud ne dispose actuellement que d'une seule centrale nucléaire et peine à répondre au besoin énergétique du pays.

Selon l’agence russe, le contrat est estimé à une valeur entre 31 et 38 milliards d’euros. La mise en service des nouveaux réacteurs russes est prévue pour 2023.

Avec cette livraison, Moscou mettra en service la première centrale nucléaire reposant sur la technologie russe en exploitation sur le continent africain.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.