Algérie: les habitants de Tizi Ouzou rendent hommage à Hervé Gourdel

A Tizi Ouzou, les Algériens sont inquiets après l'annonce de l'exécution d'Hervé Gourdel.
© AFP PHOTO / FAROUK BATICHE

La France est en deuil. Tous les drapeaux du pays seront en berne à partir du vendredi 26 septembre et pour trois jours pour rendre hommage à l'otage français Hervé Gourdel, assassiné par ses ravisseurs en Algérie. En Kabylie où a été enlevé le guide de montagne avant d'être tué, c'est la colère qui domine. Dans la ville de Tizi Ouzou, aucun dispositif de sécurité exceptionnel n'était visible jeudi 25 septembre, mais les habitants sont choqués. Ils se sont rassemblés pour rendre hommage à la victime.

Des photos d’Hervé Gourdel, des bougies et une banderole indiquant « Halte au terrorisme ». Quelques dizaines d’habitants, dont de nombreux jeunes, étaient rassemblés devant l’université de Tizi Ouzou, jeudi 25 septembre.

« Au départ, nous avions initié ce rassemblement pour exiger la libération d’Hervé Gourdel. Comme il a été assassiné, lâchement assassiné, nous l’avons transformé en rassemblement de condamnation pour dire que la Kabylie est étrangère à ce crime odieux. Toute la Kabylie le condamne fermement », a déclaré Hassan Cherifi, l’un des organisateurs.

A quelques rues de là, dans la nouvelle ville, cette jeune femme n’a pas changé ses habitudes mais elle s’inquiète des conséquences de cet assassinat sur l’opinion du monde sur l’Algérie. « Cela ne nous représente pas. Nous, nous voulons la paix. Nous voulons vivre sereinement. Nous ne voulons pas de ce regard, nous ne voulons pas que les gens d’autres pays nous voient comme des terroristes. Nous sommes des gens normaux, nous voulons étudier, travailler et être à la hauteur des autres pays », a-t-elle confié.

Ce jeudi après-midi, le Parlement régional a publié un communiqué dans lequel il condamne l’assassinat du guide français et appelle les habitants à la vigilance.

De son côté, Alger a dénoncé, mercredi, un acte odieux et abject et le gouvernement a promis de poursuivre ses opérations de ratissage pour tenter de récupérer le corps d’Hervé Gourdel. Les quatre Algériens qui accompagnaient le guide de haute montagne pour sa randonnée dans le massif du Djurdjura sont toujours détenus par les forces de sécurité.

Hocine Haroun, président de l'Assemblée populaire de Wilaya, le Parlement régional de Tizi Ouzou, était l’invité de RFI. Il estime que « cette mutation du terrorisme concerne le monde entier et qu'en Algérie, la lutte contre le terrorisme remonte à loin ».

A vrai dire, le citoyen ou bien l’élu ou encore la personne vit d’une manière normale jusqu’à ce qu’on entende que quelque part il y a eu un attentat, que quelque part il y a eu un kidnapping. C’est presque devenu une fatalité.
Hocine Haroun
25-09-2014 - Par Leïla Beratto