Gabon: la chute d'un enfant gâté de l’époque Bongo

Louis Gaston Mayila, président du parti d'opposition gabonais l'Union pour une nouvelle république (UPRN).
© AFP PHOTO / WILS YANICK

La classe politique et les Gabonais sont en émoi. Maître Louis Gaston Mayila, plusieurs fois ministre et ancien président du Conseil économique et social sous Omar Bongo, a été interpellé dans une affaire de fausse monnaie. Cette affaire qui éclabousse ce leader d’un parti de l’opposition fait grand bruit.

C’est le principal sujet de la rentrée politique au Gabon : Me Louis Gaston Mayila, enfant gâté à l’époque d’Omar Bongo, aujourd’hui vulgaire prisonnier pour une affaire de fausse monnaie, les Gabonais n’en croient pas leurs yeux.

Et pourtant, Sidonie Flore Ouwé, procureure de la République le confirme : « Nous avons saisi tous les éléments qui nous ont permis de retenir l’infraction de contrefaçon de billets de banque. M. Mayila va comparaître devant la cour criminelle en procédure de crime flagrant ».

Selon sa famille, M. Mayila n’est nullement impliqué dans une affaire de fausse monnaie ; l’opposant serait tombé dans un traquenard tendu par des personnes qui voulaient lui vendre un terrain.

Face à un gang

C’est durant la visite du fameux terrain qu’il s’est retrouvé en face d’un gang qui menaçait de le tuer s’il ne donnait pas 30 millions de francs CFA. Il se sert de son luxueux 4x4 comme monnaie d’échange, mais 48 heures après les faits il porte plainte pour vol de voiture.

L’enquête de la police judiciaire conduit vers les présumés voleurs qui sont tous interpellés, ceux-ci affirment que M. Mayila leur a donné sa voiture comme gage en échange de la fausse monnaie.

Ainsi donc l’accusateur et les accusés se retrouvent tous en prison, mais M. Mayila, victime d’un grave malaise est actuellement interné dans une clinique. Quelle que soit l’issue du procès, l’affaire a ravagé sa carrière.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.