Algérie: un général nommé conseiller du président Bouteflika

Abdelaziz Bouteflika, en juin 2012, lors d'une cérémonie dans une école militaire.
© REUTERS/Ramzi Boudina

En Algérie, un général, ancien patron de la lutte anti-terroriste a été nommé conseiller du président Abdelaziz Bouteflika. Une nomination qui intervient au pleine guerre de clans pour la succession à la tête du pays.

La nomination date du 11 septembre et n’est pas liée à la mort de Hervé Gourdel. Mais elle est forte de sens quand même. Le général Athmane Tartag, qui a été nommé conseiller d’Abdelaziz Bouteflika, était à la tête de la lutte anti-terroriste dans les années noires de l'Algérie.

Homme dur

Agé d’une soixantaine d’année, le général Tartag a la réputation d’un homme dur. Il a été écarté du pouvoir au début des années 2000, puis rappelé après la vague d’attentats et la tentative d’assassinat du président Bouteflika en 2007. Nommé ensuite à la tête du contre-espionnage, c’est pourtant lui qui a dirigé les opérations dans l’assaut de la prise d’otage de In Amenas l’année dernière.

Lutte pour la succession de Bouteflika

Au mois de septembre 2014, le général Tartag a été mis à la retraite, au moment où les services de renseignement étaient réorganisés. Une réorganisation interprétée par la presse algérienne comme une lutte entre la présidence et les généraux touchant la succession du président Bouteflika.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.