Rwanda: un documentaire de la BBC fait polémique

Dans le documentaire, le chef de l'Etat Paul Kagame est accusé d'être le commanditaire de l’attentat contre l’avion de l’ex-président rwandais Juvénal Habyarimana.
© DR

Au Rwanda, l’association de rescapés du génocide Ibuka, proche du pouvoir, s’est dite « indignée » par un documentaire de la BBC diffusé cette semaine et intitulé Rwanda’s untold story, « L’histoire du Rwanda jamais contée ». Un documentaire à charge contre le président rwandais Paul Kagame, l’accusant de crimes de guerre pendant le génocide, de massacres au Congo, d’assassinat politique et d’être responsable de l’attaque contre l’avion du président Habyarimana.

Dans une lettre adressée au directeur général de la BBC, Ibuka estime que le documentaire nie la réalité du génocide de 1994 et demande à la BBC d’arrêter la diffusion du documentaire. « Nous, rescapés du génocide contre les Tutsis au Rwanda, sommes indignés par le déni flagrant du génocide contre les Tutsis véhiculé par votre documentaire… », commence ainsi la lettre.

Pour Ibuka, le documentaire a donné une plateforme à des intervenants qui « politisent le génocide » et nient la réalité et le caractère systématique et planifié des massacres. Parmi les principales personnalités interviewées, deux anciens proches du président Kagame, devenus de fervents critiques.

L'ancien chef d'Etat major, Kayumba Nyamwasa, accuse son ancien patron d’être non seulement le commanditaire de l’attentat contre l’avion de l’ex-président rwandais Juvénal Habyarimana, mais de l’avoir fait en sachant que des massacres contre les Tutsis auraient lieu.

Chiffres revus

Plus grave pour l'association de rescapés, les scientifiques interrogés dans le documentaire affirment que le nombre de morts tutsis a été surévalué, que sur le million de victimes dont parle le gouvernement, la majorité serait hutu. « La négation du génocide est considérée comme l’étape finale du génocide » et se produit lorsqu’il y a des tentatives de nier l’événement et en minimiser l’ampleur ou le nombre de morts, dénonce Ibuka.

Ce documentaire met aussi en cause l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair et l'administration américaine, les accusant d'avoir protégé le président de toute poursuites judiciaires. Sur les ondes de la BBC, l’ambassadeur rwandais en Grande-Bretagne, Williams Nkurunziza, a déclaré que ce documentaire était « extrêmement biaisé ».

→ Voir le documentaire (en anglais)