Republier
Libye EI

Libye: un nouveau mouvement jihadiste attiré par le groupe EI

Combattants du groupe Ansar al-Charia en Libye.
© Al Raya Media

Après le groupe Jund al-Khilafa, auteurs de l'assassinat du Français Hervé Gourdel, d'autres groupes jihadistes vont-ils également rallier le groupe Etat islamique ? En Libye, en proie à la loi des milices qui s'affrontent depuis le printemps dernier, le groupe jihadiste Derna montre des signes de soutien de plus en plus forts en direction du mouvement Etat islamique.

Pour le moment sur le sol africain, un seul groupe a officiellement prêté allégeance au groupe Etat islamique. C'était en Algérie, cet été, avec la dissidence d'Aqmi, sous le nom de Jund al-Khilafa, les Soldats du califat, première franchise africaine et maghrébine du groupe EI.

La deuxième franchise africaine de l'Etat islamique pourrait venir de Libye.

A l'Est, plusieurs brigades jihadistes sont actives, à Benghazi où Ansar al-Charia affronte les forces du général Haftar depuis la mi-mai. Mais c'est surtout dans la ville de Derna, située entre Benghazi et Tobrouk, qu'un autre mouvement jihadiste donne des signes de rapprochement avec le groupe Etat islamique. Ce mouvement s'appelle Majlis Shura Shabab al-Islam (Conseil consultatif de la jeunesse islamique). Il n'y a pas encore d'allégeance formelle au groupe EI, seulement un communiqué de soutien en juin dernier.

Dimanche 5 octobre, à Derna, fief jihadiste historique du pays, ce Conseil consultatif de la jeunesse islamique tenait une grande réunion publique pour débattre du califat.

Vidéo d'une exécution publique

Sur internet, une vidéo montrant une parade de plusieurs dizaines de pick-up armés chantant le slogan officiel du groupe EI circule par ailleurs. Ce groupe de Derna existe depuis à peine un an et applique une charia sans compromis.

En août, il diffusait une vidéo d'une exécution publique d'un Egyptien accusé de meurtre dans le stade de la ville. Une première en Libye depuis la révolution. Une exécution qui « concrétise les plus grandes peurs des Libyens ordinaires qui se retrouvent entre des groupes armés impitoyables et un Etat défaillant », avait alors écrit Amnesty international dans un communiqué. Depuis, ce Conseil de la choura de la jeunesse islamique a diffusé d'autres images de châtiments corporels infligés à Derna où les assassinats ciblés comme à Benghazi sont réguliers.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.