Tchad: pénurie de carburant à Ndjamena

Ndjamena, la capitale tchadienne, souffre en ce moment d'un manque d'essence.
© AFP/Sonia Rolley

Au Tchad, il est difficile de faire le plein à Ndjamena. La capitale connaît depuis vendredi une pénurie de carburant qui a provoqué ce week-end de longues files d’attente devant les stations services. Cette pénurie est liée à l'arrêt de la production dans la raffinerie de Djermaya, à 40 km de Ndjamena. Un arrêt provisoire depuis la semaine dernière pour une révision des installations. Les autorités assurent qu'un stock de sécurité est prévu mais manifestement, cela ne suffit pas.

Dans une station service du sixième arrondissement de Ndjamena, dimanche après-midi, c’est la cohue. Motocyclistes et piétons jouent des coudes pour se faire servir quelques litres de carburants. Blanchard, un motocycliste qui vient de remplir le tiers de son réservoir ne comprend pas. « Il y a du carburant dans les stations mais on refuse de nous servir, dit-il. On ne peut pas travailler avec des réservoirs vides. Cela fait deux jours que je n’ai pas travaillé faute d’essence. Je n’ai aucun intérêt à acheter de l’essence à 1000 francs (CFA) ou 1500 francs le litre. »

Une pénurie « entretenue »

Même attitude chez les chauffeurs, notamment les chauffeurs de taxis. « Il y a de l’essence dans les stations et le prix n’a pas changé. C’est juste le désordre entretenu. Sinon, il n’y a pas vraiment de pénurie », dit l’un d’entre-eux.

En effet, l’arrêt de la production des produits pétroliers annoncé il y a deux semaines par la raffinerie de Djermaya ne devrait, en principe, pas poser de problèmes. Selon les autorités, un stock de sécurité a été constitué à cet effet. Mais cette annonce n’a pas eu d’effet.