Mali: nouvelle attaque meurtrière visant un camp de la Minusma à Kidal

Des soldats de la Minusma à Kidal.
© REUTERS

Des obus de mortiers ou de roquette ont visé hier, mardi, le camp militaire des Nations unies et de la force française Barkhane à Kidal, dans le nord du Mali. Selon le dernier bilan provisoire communiqué par les Nations unies, un casque bleu sénégalais a été tué, un autre blessé.

A Kidal, les casques bleus de la Mission des Nations unies au Mali (Minusma) et les soldats français de la force Barkhane occupent le même camp militaire. C’est ce camp qui a été pris pour cible mardi soir. Il a été visé par des tirs de roquettes ou de mortiers. Les versions varient selon les sources. Les projectiles semblent avoir été tirés de loin, comme cela avait été déjà le cas à plusieurs reprises par le passé. Mais cette fois, les tirs ont été plus précis et ont atteint le camp militaire. Certains projectiles sont tombés à côté du camp, mais aucune destruction n’aurait été constatée dans la ville.

La région de Kidal est considérée comme la plus exposée dans le nord du Mali, où circulent facilement de nombreux groupes armés. Le camp militaire d’Aguelhok, près de Kidal, est la cible récurrente de tirs de roquettes similaires, mais ces dernières semaines, dans tout le nord du Mali les attaques terroristes se sont multipliées. Vendredi dernier, neuf casques bleus avaient été abattus lors d’une embuscade dans la région de Gao.

Il s'agit d'une autre attaque terroriste lâche contre la Minusma.

Radia Achouri
08-10-2014 - Par Marie-Pierre Olphand

Le Tchad ne retirera finalement pas ses troupes

Cette nouvelle attaque survient alors que le chef du département des opérations de maintien de la paix est à Bamako. Il assistait mardi matin à une cérémonie en hommage aux neuf casques bleus nigériens tués la semaine dernière. Hervé Ladsous a annoncé du renfort matériel pour la Minusma et tenté de calmer le jeu avec le Tchad. Ndjamena avait menacé de retirer ses troupes du territoire malien, accusant clairement la mission de l'ONU au Mali de faire d'elles des « boucliers humains ». Finalement les troupes tchadiennes resteront au Mali.

Pour arrondir les angles, le secrétaire général de l’ONU a récemment eu un entretien avec le président Idriss Deby. Le Tchad a obtenu des assurances : une relève de ses troupes de la région de Kidal sera assurée à intervalles réguliers. Dans cette région, des soldats tchadiens ont été tués récemment par des mines posées par des jihadistes.

D’une manière générale, la situation se dégrade dans le nord du pays. Pour protéger les troupes tchadiennes et toutes les troupes alliées, l’ONU a décidé de durcir ses bases. On annonce l’arrivée prochaine sur le terrain d’engins contre les mines, de véhicules blindés, mais également de drones de surveillance aérienne à longue portée.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.