RCA: malgré la fin des combats, la tension reste palpable à Bangui

Vue aérienne de Bangui, RCA.
© Getty Images/ Michael Fay

Jeudi, pour la première fois depuis son arrivée le 15 septembre, la mission de l'ONU en Centrafrique a été visée par une attaque. Un officier pakistanais a été tué lors d'une embuscade contre un convoi dans la soirée près de Bangui. Neuf autres casques bleus ont été blessés. Cette attaque a eu lieu au terme d'une nouvelle journée de violences et sur fond d'un début de crise politique.

Bangui s'est réveillée dans un silence de plomb. Les tirs ont cessé, mais les barrages dressés aux principaux carrefours de la ville par de jeunes miliciens anti-balaka sont toujours en place, malgré le déploiement des forces internationales. La plupart des Banguissois ont décidé encore de rester chez eux.

Même le marché combattant, le poumon commercial de Bangui, tourne au ralenti. C'est ce qu'a constaté ce vendredi matin Jean-Jacques Houlzia, le secrétaire général adjoint de l’association des commerçants de ce marché : « Dans les rues de PK12, Gobongo et autres, il n’y a même pas de circulation de taxis et de taxis moto. Je suis venu à pied pour aller au marché. Jeudi, quand il y a eu des détonations d’armes, beaucoup de gens ont pris la fuite. Certains vendeurs ne sont pas venus aujourd’hui. Il y a beaucoup moins d’animation que d’habitude. »

Ces barrages paralysent également le travail des équipes humanitaires. Delphine Chedorge, chef de mission Médecins sans frontières en Centrafrique, se plaint de certaines menaces reçues par ses équipes : « Nos ambulances ne parviennent pas à circuler dans Bangui, c’est compliqué. Même s’ils n’ont pas d’arme, les jeunes qui tiennent les barrages nous font signe que si l’on s’approche trop, il peut arriver des problèmes. »

Faire le point sur l'aide venue d'Angola

L'ONU n'a pas apporté de précisions supplémentaires ce vendredi matin sur les circonstances de l'attaque qui a coûté la vie à un officier pakistanais de la Minusca près de Bangui. La coordination des anti-balaka nie toute implication dans cette attaque, mais continue de réclamer la démission de Catherine Samba Panza, à qui elle reproche notamment sa gestion opaque des fonds angolais. La coordination assure qu'elle continuera d’occuper les rues pacifiquement jusqu'au départ de la présidente de transition.

Une réunion entre le gouvernement et le Conseil national de transition devait avoir lieu ce vendredi pour permettre aux autorités de s'expliquer sur les fonds angolais. Mais au vu de la situation sécuritaire, elle a été reportée à lundi prochain.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.