Niger: entrée en vigueur du nouvel accord avec Areva

La mine d’uranium d’Arlit au Niger exploitée par Areva.
© Wikimedia

Le gouvernement nigérien a officiellement donné son feu vert à la mise en œuvre d'un nouvel accord avec Areva. Le texte qui porte sur l'exploitation des mines d'uranium du nord du pays a été signé par Niamey et l'entreprise française au mois de mai 2014.

La décision a été prise lors du dernier Conseil des ministres. C’est l’aboutissement d’un long processus qui va désormais permettre la mise en œuvre de la convention minière qui lie le Niger au groupe Areva. Si le géant nucléaire français s’en est sorti avec trois conventions via ses filiales Cominak et Somaïr, Areva a dû renoncer à plusieurs de ses avantages fiscaux.

Conformément au terme déjà contenu de l’accord du partenariat et stratégique signé le 26 mai dernier avec le Niger, Areva va injecter la somme de 117 millions d’euros. Elle servira d’une part à la reconstruction de la route Tahoua-Arlit, voie principale qui mène vers les mines d’uranium au nord du Niger, et d’autre part à la construction du siège Areva, dans la capitale nigérienne, Niamey.

Cette nouvelle situation permettra au Niger de bénéficier d’une retombée financière s’élevant à 20 milliards de francs CFA provenant de recettes fiscales. Quant au groupe Areva, on peut dire qu’il a su tirer son épingle du jeu avec l’obtention de trois conventions pour l’exploitation de trois périmètres d’uranium dans le nord du Niger.