Incident frontalier armé entre le Maroc et l'Algérie

La frontière marocaine, ici au niveau de Tlemcen en Algérie.
© AFP PHOTO / FAROUK BATICHE

Le Maroc a dénoncé hier soir, samedi 18 octobre, des tirs de l'armée algérienne à leur frontière commune. Un Marocain a été blessé. Mais Alger n'a pas réagi aux demandes d'« explications » de Rabat sur cet « incident grave ». L'ambassadeur de l'Algérie a été convoqué par les autorités marocaines.

Selon les autorités marocaines, l'incident s'est produit en milieu de journée samedi, près de la ville d'Oujda, dans le nord-est du pays. Dans un communiqué, Rabat précise qu'un Marocain a été grièvement blessé au visage après le tir « par un élément de l'armée algérienne » de « trois balles sur une dizaine de civils », au niveau de la commune de Beni Khaled.

Joint par nos collègues de MCD-Doualiya, le porte-parole du gouvernement marocain, Mustapha Lkhlifi, précise que le Marocain blessé est un jeune homme de 28 ans, père de famille et que « les médecins estiment que son état est très critique ».

Ecoutez Mustapha Lkhlifi, porte-parole du gouvernement marocain
19-10-2014

Le gouvernement marocain a fait état samedi de sa « vive indignation » et de sa « très grande inquiétude » après ce « grave incident » « injustifié ». « Nous estimons que cette agression s'ajoute à une suite d'agissements provocateurs dans les relations entre les deux pays. Nous avons convoqué l'ambassadeur algérien à Rabat et nous avons sommé l'Algérie de s'expliquer » poursuit le porte-parole du gouvernement marocain.

Les relations entre les deux pays sont tendues, notamment en raison du soutien apporté par l'Algérie au Front Polisario et la frontière commune est fermée depuis vingt ans. C'est un attentat à Marrakech dont le royaume chérifien avait rendu responsable l'Algérie qui avait provoqué sa fermeture en août 1994.

avec AFP