Mali: mort de la fillette atteinte d'Ebola, première victime du pays

Un personnel de santé contrôle la température d'un bébé à la frontière entre la Guinée et le Mali, le 2 octobre 2014.
© REUTERS/Joe Penney

Le ministère malien de la Santé a confirmé le décès de la première malade du virus Ebola dans le pays. Le cas de cette petite fille de deux ans avait été décelé jeudi, à Kayes, dans l’ouest du pays, puis confirmé hier, vendredi.

« Malgré les efforts considérables déployés par les services de santé, l’enfant malade a finalement succombé ». Ce sont les termes employés par les autorités maliennes. Selon le directeur de l’hôpital de Kayes, sa température avait pourtant baissé dans la journée, la fillette avait même recommencé à manger.

Doit-on en déduire que le cas de la première patiente porteuse d’Ebola au Mali était avancé ? Pas forcément, indique une source au ministère de la Santé. Le délai d’incubation peut s’étendre sur 21 jours, mais c’est une limite maximum. Trois jours, même moins, peuvent suffire.

Le bus désinfecté

La petite fille atteinte d’Ebola, originaire de la ville de Kayes, dans l’ouest du pays, revenait d’un voyage en Guinée. Entre-temps, lundi précisément, elle était passée par la capitale, Bamako. Les autorités assurent que les personnes ayant été en contact avec elle ont toutes été placées sous surveillance, et que le bus dans lequel elle avait voyagé a même été retrouvé et désinfecté.

Plus généralement, de nouvelles dispositions ont été adoptées. Dorénavant, les transporteurs devront dresser des listes de leurs passagers avec leur adresse, et disposer de produits désinfectants. Les dispositifs matériels pour le contrôle et la prise en charge du virus doivent être renforcés dans toutes les régions du pays.

Pour Barka Fofana, animateur à la radio rurale de Kayes, il est important que les maliens gardent la tête froide et tirent les leçons de ce qui a pu se passer dans les pays déjà contaminés par le virus.

Notre objectif c'est de faire comprendre à la population qu'on ne doit pas stigmatiser les populations originaires de Guinée.
Barka Fofana
25-10-2014 - Par Florence Morice