Le Rwanda suspend la diffusion des programmes de la BBC en kinyarwanda

Le siège de la BBC à Londres.
© REUTERS/Olivia Harris

Le couperet est tombé. Le Rwanda a suspendu temporairement tous les programmes radio en langue rwandaise de la BBC au Rwanda le temps que l’autorité de régulation fasse une enquête sur les accusations de « négation de génocide » dont fait l’objet le service public audiovisuel britannique à la suite de la diffusion d’un documentaire controversé sur le génocide de 1994. Ce documentaire, intitulé L’histoire du Rwanda jamais contée, qui attaque sévèrement le président Paul Kagame avait provoqué un tollé au pays des Mille collines. Le chef de l’Etat rwandais avait lui même accusé la BBC de nier le génocide.

Selon l'Autorité rwandaise de régulation des médias, la Rura, c’est en raison de plaintes provenant de la société civile, dont d’associations de rescapés qui accusent la BBC d’avoir « falsifié l'histoire du génocide », que la décision de bloquer les émissions en kinyarwanda de la BBC a été prise.

Beata Mukangabo est une des responsables juridiques de la Rura : « Après avoir examiné les plaintes, la Rura a estimé que ces accusations sont suffisamment sérieuses pour justifier une suspension temporaire de tous les programmes en langue kinyarwanda de la BBC [...]. Les résultats de l'enquête permettront de déterminer les actions supplémentaires. » Pour l’heure, les programmes en français et anglais de la BBC ne sont pas affectés.

Un peu plus tôt dans la journée de vendredi, le président de la Commission d’autorégulation des médias, l’instance indépendante qui représente les journalistes rwandais, s’était désolidarisé des parlementaires rwandais, qui eux appelaient le gouvernement à suspendre totalement la licence de la BBC : « Nous comprenons tous que ce documentaire est insultant et qu’il déforme l’histoire du génocide contre les Tutsis mais fermer la BBC créerait un précédent. Cela voudrait dire qu’en cas de problème, la seule option serait de fermer le média. Et c’est ce que nous ne voulons pas. »

En 2009, le Rwanda avait déjà suspendu pendant deux mois la diffusion des émissions en kinyarwanda du service public audiovisuel britannique, lui reprochant également de donner la parole à des « négationnistes ».