Republier
Botswana

Botswana: le président sortant Ian Khama réélu

Le président Ian Khama lors de sa campagne électorale. Botswana, le 24 octobre 2014.
© Monirul Bhuiyan / AFP

Le président sortant du Botswana, Ian Khama, a obtenu un second mandat ce dimanche 26 octobre. Au Botswana, ce sont les députés qui élisent le président. Sa formation, le Parti démocratique du Botswana (BDP), ayant obtenu la majorité des sièges au Parlement aux législatives, sa réélection a été immédiate. Sa victoire, sur fond de crise économique et de hausse de chômage, a été cependant moins large qu'annoncée.

Le président sortant « a été réélu président de la République après que sa formation, ait obtenu au moins 29 des 57 sièges que compte le Parlement », a annoncé le chef de la Cour suprême, Maruping Dibotelo, dans une déclaration diffusée sur la radio et la télévision nationales.

Le Collectif pour le changement démocratique (UDC), coalition de partis nouvellement formée et dirigée par Duma Boko, a obtenu 12 sièges. Cette coalition, qui se présentait pour la première fois à un scrutin, devient ainsi la principale formation de l'opposition.

Au cours de la campagne électorale, l'UDC a accusé Ian Khama d'un « autoritarisme croissant » et a renforcé son influence dans plusieurs anciens bastions du BDP, dont la capitale Gaborone. « Pour un nouveau parti, l'UDC s'est bien comporté, mais naturellement nous espérions plus de voix pour faire tomber le BDP. Cela n'a pas été le cas », a déclaré un représentant de l'UDC, Seakamela Motsoaledi.

Parmi les électeurs, les plus jeunes ont expliqué vouloir un changement pour l'emploi et l'amélioration de leurs conditions de vie. Le pays a été touché par la crise économique et le chômage, notamment à cause de l’effondrement de la demande de diamants. « Le gouvernement prend soin de nous, mais cela ne suffit pas. Nous avons besoin d'emplois. Les mines n'embauchent plus personne. Les choses ne vont pas bien pour les jeunes ici », a déclaré Tau Mongwase, un jeune chômeur, à l'AFP.

Dans une lettre aux électeurs distribuée à une semaine du scrutin, Ian Khama avait reconnu l'échec de son gouvernement en matière d'emploi : « Je suis peiné que nous n'ayons pas réussi à faire plus pour nos concitoyens qui ne trouvent pas de travail, particulièrement notre talentueuse jeunesse. »

Ian Khama prêtera serment pour un nouveau mandat de cinq ans ce lundi 27 octobre.

Avec Agences,

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.