Afrique du Sud: l’avenir incertain du syndicat Numsa

Manifestation à l'appel du puissant syndicat de la métallurgie Numsa, le 1er juillet 2014.
© REUTERS/Skyler Reid

En Afrique du Sud, la Cosatu serait au bord de l’implosion. Depuis des mois, la puissante confédération des syndicats sud-africains est traversée par de fortes divisions entre les soutiens du président Zuma et de l’ANC et ceux, emmenés par le syndicat de la métallurgie Numsa, qui se veulent plus critique vis-à-vis du gouvernement. Selon la presse, le syndicat serait d’ailleurs « sur le point d’être expulsé » de la confédération.

L’avenir de Numsa n’a jamais été aussi incertain. Le syndicat de la métallurgie souhaite pour l’instant rester dans la Cosatu, mais une majorité des membres de la confédération syndicale serait favorable à son expulsion. Numsa est notamment accusé de recruter des travailleurs en dehors de son secteur d’activité. Une manœuvre perçue comme une agression par les autres syndicats affiliés.

L’ANC a bien tenté de calmer le jeu en créant au mois d’avril un groupe de travail pour faciliter le dialogue au sein de la Cosatu. C’est le vice-président du parti au pouvoir, Cyril Ramaphosa, qui chapeaute cette médiation. Mardi dernier, il a remis un rapport sur les failles de la confédération syndicale relançant le débat sur le statut du syndicat Numsa.

On s’attendait à un vote décisif lors du congrès exécutif de la Cosatu la semaine dernière, mais celui-ci n’a finalement pas eu lieu. La réunion a été ajournée jusqu'au 7 novembre. Le syndicat Numsa devrait apporter des précisions sur son avenir lors d’une conférence de presse ce lundi après-midi.