Football: où se tiendra la CAN 2015?

Finale de la CAN 2013, le 10 février à Johannesburg.
© REUTERS/Siphiwe Sibeko

Où et quand aura lieu la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2015 ? La réponse doit tomber aujourd'hui 3 novembre. Une réunion est prévue à Rabat entre les dirigeants de la Confédération Africaine de Football (CAF) et les autorités marocaines qui réclament le report de la compétition en raison de l'épidémie de fièvre Ebola.

Fin du suspense ce lundi, après une nouvelle réunion autour de la CAN 2015. Des représentants du gouvernement marocain s'étaient déjà déplacés la semaine passée au domicile du président de la CAF, Issa Hayatou. L'instance dirigeante du football africain devait également évoquer le sujet, hier, lors du rassemblement de son comité exécutif à Alger. Mais c'est bien ce 3 novembre que la décision doit être annoncée. Une réunion se tient à la mi-journée et un communiqué sera publié dans la foulée avec, à l'intérieur, les réponses aux questions que toute l'Afrique se pose depuis près de trois semaines : la CAN 2015 aura-t-elle lieu du 17 janvier au 8 février au Maroc ? Va-t-elle être reportée ? Ou bien tout simplement annulée ?

A priori, le Maroc est toujours prêt à accueillir la compétition, mais pas au mois de janvier. Sensibles aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les autorités du pays craignent une propagation du virus Ebola lors ce grand rassemblement. Un message relayé par certaines stars africaines ces derniers jours, à commencer par le gardien de but nigérian Vincent Enyeama : « La CAN ne devrait pas avoir lieu. Ce n'est pas moi qui décide, mais je pense que c’est risqué pour tout le monde. En Afrique, les gens veulent toujours te toucher, te serrer la main... Encore une fois, je ne suis pas la CAF, ce n'est pas moi décide. Une chose est sûre néanmoins, si le tournoi est maintenu et que l'on se qualifie, je répondrai présent ».

« Le comité exécutif est partagé »

En revanche, on devine que la CAF ne souhaite pas vraiment revoir son calendrier. Après tout, le Maroc va bien accueillir le Mondial des clubs de la Fifa, une autre compétition prestigieuse, au mois de décembre. Néanmoins, les dirigeants du football africain devraient donner gain de cause au Royaume chérifien selon notre correspondant, Anas Yacine : « Le comité exécutif est partagé. On ne va pas dire que c'est un bras de fer, mais c'est partagé. Apparemment, la majorité comprend la position marocaine, en s'appuyant sur ces chiffres effrayants (plus de 4 900 morts) de l'OMS et en rappelant que c'est la CAF qui a d'abord mis en garde contre l'épidémie d'Ebola, en délocalisant les rencontres du Libéria, de la Sierra Leone et de la Guinée, à savoir les pays les plus touchés. Bien sûr, tous les Marocains aimeraient accueillir cette Coupe d'Afrique des Nations pour la deuxième fois de leur Histoire, mais avec cette épidémie, ils sont davantage favorables à un report de la compétition ».

Un report est donc envisageable, mais à quelle date ? Selon certains médias, la CAF pourrait finalement organiser le tournoi au mois de janvier… 2016. Problème, le Championnat d'Afrique des Nations (la CAN des joueurs locaux) doit normalement se tenir à la même période. Autre possibilité : un report au mois de juin 2015. Mais entre le début probable du ramadan, les fortes chaleurs et la possible grogne des clubs européens, dont la saison s'achève fin mai - début juin, cette solution ne satisferait personne. Pas même la CAF, selon une indiscrétion de notre collègue à Alger, Safir Jallal : « Un report au mois de juin 2015 ne tient pas la route. C'est le responsable presse de la CAF, Junior Binyam, qui me l'a confirmé ». « Ceux qui avancent cette hypothèse auront une surprise » m’a-t-il assuré. Certains médias évoquent d’ailleurs une autre piste : la Tunisie et l'Algérie pourraient éventuellement suppléer le Maroc.

Confier l'organisation de la CAN à un autre pays est effectivement une solution intéressante pour la Confédération africaine. Mais les délais sont très courts et les candidats potentiels peu nombreux. L'Afrique du Sud et le Ghana ont par exemple été sondés il y a plusieurs jours, sans succès.