Republier
Mali

Mutinerie contre Sanogo: le corps du colonel Youssouf Traoré identifié

Amadou Sanogo à Kati, le 30 mars 2012, peu après le coup d'Etat. Le capitaine putschiste est désormais en résidence surveillée.
© REUTERS/Luc Gnago

Fin septembre 2013, une mutinerie éclate à Kati, à 15 km de Bamako, contre Amadou Sanogo, chef de l'ex-junte qui était dans son fief. Parmi les personnes disparues depuis cette époque, un seul officier de l'armée malienne, le colonel Youssouf Traoré, poids lourd de la junte. Des tests ADN effectués sur un des corps retrouvés après cette mutinerie confirment qu'il s'agit bien du corps du colonel disparu.

Avec notre correspondant à Bamako.

Des tests ADN ont été réalisés par des experts américains. Ils sont formels, le corps découvert fin 2013 dans les environs de Kati, localité située à une quinzaine de kilomètres de Bamako, est bien celui du colonel Youssouf Traoré.

L’intéressé était un poids lourd de l’ex-junte. Mais de notoriété publique, il n’entretenait plus de bonnes relations avec Amadou Sanogo, chef de cette même junte. C’est d’ailleurs ce dernier qui venait de convoquer à Kati, dans son fief, le colonel Youssouf Traoré peu avant sa disparition.

A l’époque il était soupçonné par ses adversaires d’être derrière une mutinerie contre le même Amadou Sanogo, capitaine bombardé au grade de général.

Aujourd’hui, après la confirmation de la mort de cet officiel disparu depuis plus d’un an, des questions demeurent : qui l’a tué ? Ou qui a donné l’ordre de le tuer ? La maison dans laquelle son corps a été retrouvé appartiendrait à un gradé de l’ancienne junte.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.