Republier
Rwanda Justice

Rwanda: à l'ouverture de son procès, Kizito Mihigo plaide coupable

Kizito Mihigo s'adresse aux médias à Kigali, le 15 avril 2014, après l'annonce de son arrestation la veille.
© AFP PHOTO / STEPHANIE AGLIETTI

Après deux reports, le procès du célèbre chanteur rescapé du génocide Kizito Mihigo et de ses trois co-accusés s’est ouvert jeudi 6 novembre à Kigali. Kizito Mihigo a plaidé coupable de toutes les charges retenues contre lui et a demandé la clémence du jury. Le chanteur et trois co-accusés sont notamment poursuivis pour « complicité de terrorisme » et « infraction contre le pouvoir établi ».

C’est avec un livre de prières à la main que Kizito Mihigo s’est rendu au tribunal, jeudi 6 novembre. À la barre, le chanteur a plaidé coupable de toutes les charges et a demandé pardon. « Contrairement à ce que disent les gens, personne ne m'a poussé à me confesser », a-t-il tenu à préciser.

Le parquet reproche au chanteur des discussions via Internet avec un présumé membre du RNC, un parti d’opposition en exil que Kigali qualifie de terroriste. Le procureur a notamment accusé M. Mihigo d'avoir, au cours de ces conversations, évoqué un « renversement » du gouvernement, et d'avoir établi une liste de personnes à tuer, dont le président rwandais Paul Kagame ainsi que d’autres officiels.

En conflit avec des officiels

Le chanteur avait été arrêté le 14 avril 2014, une semaine après que ses proches aient signalé sa disparition. Le chanteur, qui risque la prison à vie, reconnaît avoir eu des conversations avec un dénommé Sankara, mais il a toujours répété, comme jeudi à la barre, qu’il ne s’agissait que de paroles qui auraient été motivées par la « curiosité » : « Je n’ai jamais voulu tuer le président. A cette époque j’étais en conflit avec des officiels, mais je n’ai jamais eu de problèmes avec le président », a-t-il déclaré, plaidant pourtant coupable de ce chef d'accusation.

John Bigarama, l’avocat de Kizito Mihigo, a estimé que rien n’était constitutif d’un crime : « Kizito plaide coupable comme s’il était à l’Eglise », a-t-il déclaré à RFI à l’issue de l’audience. Les trois co-accusés de Kizito Mihigo, eux, ont tous plaidé « non coupables » de toutes les charges. Le procès a été ajourné au 14 novembre prochain.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.