Carnage dans un lycée au Nigeria: Boko Haram pointé du doigt

Le président nigérian, Goodluck Jonathan, est très critiqué sur son incapacité à faire taire les violences dans le nord du Nigeria.
© REUTERS/Afolabi Sotunde

Le Nigeria a connu un nouveau bain de sang dans l'extrême nord-est du pays. Hier matin, au moins une cinquantaine d'adolescents ont été tués dans l'attentat commis dans leur lycée par un kamikaze déguisé en élève. Un nouvel attentat visant un établissement scolaire attribué aux islamistes du groupe armé Boko Haram.

Ce devait être le rassemblement quotidien des élèves dans la cour du lycée public de garçons de Potiskum. Ce fut un carnage. L'un des pires attribués aux islamistes de Boko Haram.

L’attentat perpétré lundi matin par un kamikaze déguisé en uniforme de lycéen a été, selon plusieurs témoins, d’une rare violence. Les rescapés ont décrit une cour d’école ressemblant à un champ de bataille, jonchée de livres, de chaussures, de sacs maculés de sang, au milieu de corps déchiquetés.

Pas de revendication

L’attentat n’a pas été revendiqué, mais les soupçons se portent sur les islamistes de Boko Haram. Le groupe mène depuis 2009 de nombreuses opérations contre des établissements scolaires publics de l’extrême nord-est du Nigeria, estimant qu’ils transmettent un savoir occidentalisé.

Comme à son habitude, le chef de l’Etat, Goodluck Jonathan, s’est fendu d’un communiqué dans lequel il a condamné « ce meurtre odieux », promettant que son administration mettra la main sur les coupables. Un engagement répété à maintes reprises, sans grands résultats, mais indispensable au vu du contexte politique actuel. Ce mardi, Goodluck Jonathan doit en effet annoncer sa candidature à sa propre succession, et ce en dépit des vives critiques sur l’incapacité de son administration à mettre un terme aux violences dans la région.

Aux environs de 8 heures, dans le lycée gouvernemental des sciences de Potiskum, un kamikaze s'est déguisé comme un des élèves, il s'est fondu dans la masse et quand la réunion matinale de l'établissement se tenait, il a fait sauter sa charge. Elle a tué le kamikaze et environ 46 lycéens. Il y a également 79 blessés.
Emmmanuel Ojukwu
11-11-2014 - Par Julie Vandal

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.