Burkina: l'armée multiplie les concessions sur la charte de transition

Roch Marc Christian Kabore, ancien président du Parlement, et Guy Herve Kam, l'avocat du mouvement «balai citoyen», le 12 novembre à Ouagadougou.
© AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO

Les représentants de l'armée, de l'opposition, de la société civile et des religieux se retrouvent ce jeudi matin pour continuer les concertations sur le projet de charte de transtion. Point de désaccord : le rôle du Conseil national de transition et la question de savoir qui va diriger cet organe. L'armée souhaitait garder ce poste, l'opposition et la société civile ne sont pas d'accord et l'ont fait savoir. Les négociateurs de l'armée semblaient hier prêts à des concessions, mais la haute hiérarchie n'a encore rien validé.

Au terme de cinq heures de discussion, les deux colonels qui négocient pour le compte de l’armée ont accepté de faire des concessions.

Selon des indiscrétions, l’armée est prête à accepter que l’Assemblée nationale de transition soit dotée d’un réel pouvoir législatif. L’armée avait en tête un organe simplement consultatif.

En revanche, les colonels ont préféré ne pas s’engager au niveau de la désignation du président de l’Assemblée. Les amendements du lieutenant-colonel Isaac Zida, confiaient aux militaires ce pouvoir de nomination. Ablassé Ouédraogo et Bénéwendé Sankara, qui représentent l’opposition durant les pourparlers, insistent pour que le président de l’Assemblée soit élu par ses pairs.

Moins de sièges pour l’ex-majorité pro-Blaise Compaoré

La répartition des sièges a également été abordée. Là encore, l’opposition a gagné du terrain. L’armée prévoyait une distribution équitable entre chaque composante, l’ex-majorité pro-Blaise Compaoré aurait ainsi occupé autant de sièges que l’opposition. Or, cette dernière ne l’aurait pas supporté. La société civile, représentée par le juriste Marius Ibriga, encore moins.

L’armée, enfin, semble disposée enfin à réduire sa propre participation au sein de l’Assemblée. Autant de concessions que le lieutenant-colonel Zida doit encore valider.

Le point de blocage concerne l'Assemblée nationale.
Me Guy Hervé Kam
13-11-2014 - Par Nicolas Champeaux

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.