Un front contre le Sommet de la francophonie lancé au Sénégal

Une vue panoramique de Dakar, la capitale du Sénégal.
© Wikimedia Commons/Initsogan

Comme la plupart des sommets, celui de l’Organisation de la Francophonie à Dakar à la fin du mois, connaîtra son contre sommet. Le Front contre le sommet de la francophonie a lancé ce lundi 17 novembre son programme d’action : des colloques, des expositions et un concert pour porter « la voix du refus ».

Avec notre correspondante à Dakar, Carine Frenk

« L’OIF est une organisation qui ne sert qu’à asseoir la diplomatie française au niveau international et n’est pas acceptable », selon Malick Noël Seck, coordinateur du Front contre la Francophonie. « Lorsque l’Organisation de la Francophonie organise un sommet chez Sassou-Nguesso (président du Congo-Brazzaville), valide des élections de dictature héréditaire, comme on l’a vu au Togo et au Gabon, nous nous posons des questions sur les réelles motivations démocratiques de cette organisation, interroge Malick Noël Seck. Et ça, il faut que ça cesse ! Nous n’avons aucun problème, en tout cas avec la culture française, ni avec les Français ».

Pour les pourfendeurs du 15e sommet de l’OIF à Dakar, la francophonie n’est ni plus ni moins que du colonialisme. C’est en tous les cas l’avis du rappeur Karim Gueye : « C’est bien de parler français, ça nous sert. Mais on a nos trucs, on peut les gérer. On peut gérer le Sénégal en tant que Sénégalais ! On veut que le peuple sénégalais soit conscient que tout ce qui se passe dans cette francophonie-là, c’est la France qui dicte comment gouverner nos pays ».

L’OIF serait donc une organisation du passé pour Lamine Ba, l’un des organisateurs du contre sommet : « Aujourd’hui, dans ce monde globalisé, on prend son petit déjeuner à l’aéroport Charles-de-Gaulle, pour prendre son thiep bou dien, à 13 heures à Dakar et le soir à 20 heures, on peut prendre son hamburger aux Etats-Unis à New York. Donc le monde est un monde ouvert. Les cloisons c'est terminé. Et ce sommet tel qu’il est organisé est aujourd’hui dépassé ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.