Republier
Nigeria

Nigeria : la tension monte à l’approche des élections de 2015

Le sénateur Danjuma Goje (G) et le sénateur Chris Ngige se protégeant des gaz lacrymogènes tirés par les forces de l’ordre dans le hall du parlement nigérian, ce jeudi 20 novembre 2014.
© STR / AFP

Au Nigeria, la tension politique s’accentue dans la perspective des élections de février 2015. Les forces de l’ordre ont tiré des gaz lacrymogènes ce jeudi 20 novembre dans le hall du Parlement nigérian, avant le vote sur la prolongation de l’état d’urgence dans les trois Etats du Nord-Est. Les heurts ont éclaté à l’arrivée du président de la Chambre des représentants, Aminu Tambuwal, ancien allié du pouvoir récemment passé à l’opposition.

L’incident a éclaté ce jeudi en milieu de matinée. Alors que sénateurs et députés affluaient vers le Parlement, les grilles d’enceinte du bâtiment ont été fermées empêchant l’accès à une quarantaine de membres de l’opposition. Ces derniers ont alors escaladé le portail, se sont dirigés vers le hall principal et c’est au moment où le président de la Chambre des représentants, Aminu Tambuwal, a fait son entrée que les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes.

Il faut dire qu’à l’approche des élections de février 2015, le climat politique au Nigeria s’est tendu et Aminu Tambuwal se retrouve dans le viseur des autorités. Il y a un mois, il a rejoint le Congrès progressiste (APC), principal parti d’opposition.

Depuis, le Parti démocratique du peuple (PDP), parti au pouvoir, lui refuse le droit de continuer à présider la Chambre des représentants – quatrième poste le plus puissant du pays – d’autant qu’il est un des fervents contestataires de cette mesure d’état d’urgence instaurée dans les trois Etats du Nord-Est du pays, en mai 2013.

La session de ce jeudi, qui devait marquer le retour de M. Tambuwal depuis sa migration politique, a finalement été reportée, le président du Sénat, David Mark, ayant ordonné la fermeture immédiate du Parlement et ce, jusqu’à mardi prochain.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.