Nigeria: double attentat-suicide mené par des femmes kamikazes

Des décombres d'habitations dans la ville de Bama, au nord-est du Nigeria, après une attaque de Boko Haram en février 2014.
© AFP PHOTO / STRINGER

Au Nigeria, plus de 45 personnes ont été tuées dans un double attentat-suicide, ce mardi 25 novembre, dans un marché populaire de Maiduguri. L'attentat n'a pas été revendiqué mais les observateurs l'attribuent à la secte islamiste Boko Haram qui a été fondée dans cette ville. Maiduguri avait, un temps, été le théâtre d'attaques quotidiennes. Cette fois-ci, les explosifs étaient portés par des femmes kamikazes. Ce mode d'action est de plus en plus utilisé par Boko Haram.

La première kamikaze s'était postée à côté d'un rickshaw, une moto triporteur. Elle a d’abord répondu à un appel sur son téléphone portable, a fait ensuite tomber l’appareil et s'est fait exploser.

Une dizaine de minutes plus tard, une jeune femme - qui semblait porter un bébé sous son long voile - s'est approchée de l'endroit où avait eu lieu le premier attentat. La foule s'était amassée et c'est à ce moment qu'elle a, à son tour, mis feu aux explosifs qu'elle portait dans le dos.

Ces derniers mois, ce type d'attentats se sont multipliés au Nigeria. Le premier du genre a eu lieu, en juin dernier, dans l'Etat de Gombe, devant une base militaire. Puis en juillet, une série d'attentats-suicide ont été perpétrés par des jeunes filles, à Kano, la plus grande ville du nord, semant la psychose. De nombreuses musulmanes nigérianes ont même décidé, à partir de cette série d’attaques, d'abandonner la tenue traditionnelle pour ne pas être perçues comme des terroristes.

En juillet, c'est une petite fille de dix ans, portant une ceinture d'explosifs, qui a été arrêtée dans l'Etat de Katisna, là encore au nord du pays, ce qui permet de penser que le recrutement des kamikazes de Boko Haram se fait également auprès de jeunes enfants.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.