Republier
Burkina Faso

Burkina Faso: des bureaux d’anciens directeurs mis sous scellés

Michel Kafando, le président de la transition burkinabè et le nouveau Premier ministre Isaac Zida posent avec les autres membres du gouvernement le 24 novembre 2014.
© AFP PHOTO / STR

Au Burkina Faso, l’opération «Mains propres» aurait-elle déjà commencé pour le gouvernement du Premier ministre Isaac Zida ? L'équipe dirigeante de transition semble vouloir faire le ménage au sein de l’administration. Après la mise sous scellés de tous les bureaux des ministres après la chute de Blaise Compaoré, ce sont les bureaux de certains directeurs des Affaires financières qui ont reçu la visite de la gendarmerie.

Le lundi 24 novembre, la gendarmerie débarque au ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat. Des bureaux sont mis sous scellés, à savoir ceux du directeur des Affaires administratives et financières, de son secrétariat, et de la comptabilité.

« On ne sait pas ce qui s’est passé. Les gendarmes ont demandé les bureaux du DAAF et du régisseur. Ils ont mis ses bureaux sous scellé et sont repartis », relate un agent qui souhaite garder l’anonymat. Lors du passage de RFI, ce mercredi 26 novembre, ces bureaux ont été rouverts et le travail a repris dans ces services.

Malgré cela, certains agents demandent un audit, en particulier, sur des fonds alloués à la mise en œuvre de mesures sociales. « Certaines personnes viennent travailler pendant la nuit et même le week-end. On ne sait pas ce qui peut se passer pendant ce temps », s’inquiètent des agents.

« Tous les bureaux des ministres et d’autres bureaux avaient été mis sous scellés pour prévenir des cas de vol ou autres actions visant à manipuler des documents », a déclaré, de son côté, la gendarmerie nationale.

Après la démission de l’ancien président, Blaise Compaoré, les organisations de la société civile avaient attiré l’attention des autorités militaires sur des comportements suspects de certains fonctionnaires. Selon ces organisations, des agents soutiraient des documents et procédaient à des transferts de fonds pour le compte de certains ministres déchus.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.