La situation en Libye inquiète Paris et le Caire

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi lors de la cérémonie militaire aux Invalides, à Paris, ce mercredi 26 novembre.
© Egyptian President Abdel Fattah al-Sisi (C) attends a military c

Le président égyptien Abdel-Fattah al-Sissi est en France pour une visite officielle de deux jours. Il s'est entretenu, ce mercredi 26 novembre, avec le président français, François Hollande avec notamment, au menu de leurs discussions, la Libye. Paris et Le Caire craignent que le chaos actuel dans le pays ne profite aux jihadistes. Une franchise officielle du groupe Etat islamique est d'ailleurs présente dans la ville de Derna, près de la frontière égyptienne. Par ailleurs, à Benghazi, les combats meurtriers font rage, depuis mai dernier, entre d'autres groupes jihadistes comme Ansar al-Charia et les forces du général Haftar soutenues par l'Egypte, dont l'armée est soupçonnée d'être de plus en plus active en Libye.

Dès la première offensive contre eux, en mai dernier, les jihadistes de Benghazi accusaient le voisin égyptien de soutenir leur ennemi : le général Haftar, affirmant qu’il s’agissait d’un soutien logistique avec des instructeurs de l'armée égyptienne. Mais à l'époque, le Caire démentait catégoriquement.

Ces derniers jours, sur France 24, Abdel-Fattah al-Sissi reconnaissait un soutien indirect à l'armée nationale libyenne qui combat, justement, aux côtés du général Haftar contre les jihadistes à Benghazi. En revanche, le président égyptien dément toujours toute présence de ses forces au sol : « Nous nous contentons de sécuriser notre frontière », a-t-il expliqué avant de démentir également toute intervention de son aviation en Libye.

Pourtant, en aout dernier, après le bombardement de plusieurs positions de l'alliance Fajr Libya, à Tripoli, Washington accusait ouvertement les Émirats arabes unis et l’Égypte d’avoir secrètement mené ces frappes aériennes contre des miliciens islamistes. Selon le New York Times, citant des sources sécuritaires américaines, ces raids ont été menés par des avions de chasse émiratis, en utilisant des bases égyptiennes.

Avec l'expansion du groupe Etat islamique, la Libye inquiète aujourd'hui - au même titre - Paris et le Caire. « Les Egyptiens estiment qu'il faut réintervenir en Libye mais nous avons des doutes sur la résolution de cette crise, uniquement par la force », explique, à l’AFP, une source gouvernementale française.

François Hollande et Abdel Fattah al-Sissi, une rencontre en forme de légitimation pour le pouvoir égyptien
27-11-2014 - Par Daniel Vallot

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.