Francophonie : «une langue d’enseignement ne doit pas s’étioler»

Le 15ème Sommet de la francophonie se tiendra à Dakar.
© DR

Au Sénégal, le Conseil ministériel de la francophonie s'est ouvert, ce mercredi 26 novembre, à Dakar. Les ministres des Affaires étrangères de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) sont réunis jusqu'à jeudi pour préparer le sommet des chefs d’Etat qui aura lieu samedi et dimanche. RFI vous fera vivre l'évènement au travers de plusieurs émissions spéciales. La capitale sénégalaise est donc, pour l'occasion, capitale du monde francophone alors que la langue française recule. Un sénégalais sur trois seulement parle le français et à Dakar, c’est bien le Wolof qui est la langue la plus parlée. Massamba Gueye est professeur de Lettres à l’Université Cheikh Anta Diop et ancien directeur général du théâtre national Daniel Sorano. Il est l’invité d’Afrique soir et répond aux questions de notre correspondante, à Dakar, Carine Frenk.

Ce qu’on a acquis en français, il faut le garder mais il ne faut pas qu’il y ait une guerre des langues. Il faut aller vers un compromis linguistique et non vers un conflit linguistique.

Massamba Gueye
26-11-2014 - Par Carine Frenk

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.