Présidentielle en Tunisie: Hamma Hammami, le troisième homme

Hamma Hammami lors d'un meeting, le 16 novembre 2014 à Tunis.
© REUTERS/Anis Mili

C’est le troisième homme de l’élection présidentielle en Tunisie. À quelques semaines du scrutin qui départagera Moncef Marzouki et Beji Caïd Essebsi, les consignes de vote d’Hamma Hammami, dirigeant de la coalition de gauche arrivée troisième lors du premier tour de l'élection, sont particulièrement attendues.

Les Tunisiens se préparent à un second tour des présidentielles d’ici la fin de l’année. L’écart de voix entre le leader de Nidaa Tounes, Beji Caïd Essebsi (dit « BCE »), et le président sortant Moncef Marzouki, du Congrès pour la République (CPR), est mince. Six points les séparent. Les consignes de vote des autres candidats seront déterminantes, en particulier celle d’Hamma Hammami.

Hamma Hammami est un opposant historique à Ben Ali, dont il a connu les geôles. Il est aujourd’hui à la tête du Front populaire, une coalition de gauche. En obtenant 7,82% des voix lors du premier tour de la présidentielle, il a doublé le score de son parti aux législatives, et a su fédérer durant sa campagne de nouveaux électeurs : bourgeoisie et centristes libéraux.

Décision douloureuse

Sa consigne de vote est donc très attendue, mais cette décision s’annonce douloureuse : « Nous sommes huit composantes au sein du Front populaire, nous sommes une gauche plurielle. Nous avons des débats en notre sein. Il y a trois options : aller à la pêche (s’abstenir, ndlr), voter Marzouki, ou voter BCE. C’est un débat qui va être chaud et riche, relève Riadh ben Fadhel, directeur de campagne d’Hamma Hammami. Le pari est compliqué : on doit satisfaire notre noyau dur, et en même temps ne pas décevoir les centaines de milliers de personnes qui se sont agrégées autour de la candidature de Hamma Hammami. C’est un équilibre qui va être difficile à trouver. »

S’il appelle à contrer Nidaa Tounes, principal parti de l’Assemblée, le Front populaire risquerait de ne pas avoir sa place dans un éventuel gouvernement d’union. Les secrétaires généraux du mouvement devraient trancher en fin de semaine.

→ ÉCOUTER SUR RFI : Moncef Marzouki, Invité Afrique ce mercredi

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.