Egypte: Al-Sissi, retour en grâce sur la scène internationale

Le président égyptien al-Sissi et le président français François Hollande, à l'Elysée, le 26 novembre 2014.
© REUTERS/Philippe Wojazer

Après une première étape en Italie en début de semaine, le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi a poursuivi sa tournée européenne et rencontré à Paris, ce mercredi 26 novembre, son homologue français. C'est la première fois depuis son arrivée au pouvoir et la destitution de Mohammed Morsi en juillet 2013 que le président égyptien est reçu avec les honneurs par François Hollande. Aucune annonce majeure à l’issue de cet entretien, mais une forme de légitimation internationale pour le président égyptien.

En mai dernier, le nouvel homme fort de l'Egypte recevait dans les urnes la légitimité politique qu'il recherchait depuis son arrivée au pouvoir à la faveur de la destitution contestée de Mohammed Morsi, premier président élu de l’ère post-Moubarak.

A présent, c'est sur la scène internationale qu’Abdel Fattah al-Sissi cherche à légitimer son autorité et c’était là le principal objectif de sa rencontre avec François Hollande. Ce dernier n’a pas déçu les attentes du président égyptien, en se contentant d’appeler de ses vœux « la poursuite de la transition démocratique » sans souffler mot de la question des droits de l’homme.

La veille, plusieurs associations de défense des droits humains avaient pourtant demandé au président français de mettre la question sur la table, et d’évoquer la répression meurtrière des Frères musulmans (au moins 14 000 morts, et plus de 15 000 arrestations) ainsi que les restrictions toujours croissantes des libertés fondamentales.

Coopération sécuritaire et contrats d’armement

En revanche, les deux hommes ont longuement évoqué la situation sécuritaire dans la région, abordant les dossiers syriens et israélo-palestiniens, et surtout la situation désastreuse de la Libye.

« Nous devons tout faire pour que l'État de droit soit rétabli et éviter que s'installe dans le sud-libyen un terrorisme qui menace l'ensemble de la région », a notamment déclaré M. Hollande, tandis que son homologue égyptien appelait à « soutenir les institutions, les autorités et l'armée nationale libyennes ».

Outre la coopération sécuritaire sur le dossier libyen, la France devrait répondre favorablement au souhait égyptien d’étoffer son équipement militaire. En témoigne la conclusion récente d’un accord entre l’Egypte et le constructeur naval français DCNS pour la livraison de quatre navires de guerre (un milliard d’euros) auxquels deux autres navires pourraient s’ajouter. Un contrat d’entretien pour les Mirage 2000 de l’aviation égyptienne est aussi évoqué ainsi qu’un autre contrat pour la sécurisation des frontières égyptiennes. 

Retour à la normale

Outre ces contrats militaires, le président égyptien et son homologue français ont évoqué la possibilité d’étendre les investissements directs dont l’Egypte a besoin pour relancer son économie. Le président égyptien a insisté sur le retour des touristes occidentaux, lançant un appel inhabituel aux ressortissants français : « Vous n’avez rien à craindre en Egypte », a notamment déclaré Abdel Fattah Al-Sissi.

Le secteur du tourisme, vital pour l’Egypte, a beaucoup souffert des troubles qui ont suivi la chute de Hosni Moubarak. Et à ce jour, les autorités françaises continuent de recommander la plus grande prudence aux Français qui souhaitent se rendre en Egypte.

Sécurité, économie, tourisme : Abdel Fattah al-Sissi tient au fond le même discours, celui d’une volonté de retour à la normale, plus de trois ans après le printemps arabe. Aux yeux de nombreux activistes égyptiens, et des ONG de défense des droits de l’homme, ce retour à la normale va malheureusement de pair avec une restriction toujours croissante des libertés fondamentales et avec le silence coupable des pays occidentaux sur la question.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.