Republier
RDC

RDC: le désarmement des FDLR à petits pas

Reddition de militants du FDLR, à Kateku, dans l'est de la RDC, le 30 mai 2014.
© REUTERS/Kenny Katombe

En RDC, 600 armes qui avaient été remises par les différents groupes armés étrangers et nationaux à la Monusco, ont été détruites vendredi 28 novembre au siège de la mission onusienne à Goma. Les autorités politico-militaires du Nord-Kivu et du sous-secrétaire général de l’ONU en charge de l’Etat de droits et des institutions de sécurité étaient présentes. La plupart des armes ont été récupérées auprès des rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR).

Le désarmement forcé devrait intervenir dans un mois. Les FDLR ont tergiversé longtemps. Finalement quelques-uns ont accepté de quitter les Kivus et sont déjà arrivés à Kisangani pour le « désarmement, démobilisation et réinsertion », le DDR.

Ils ont fait de la résistance pendant un temps, allant jusqu’à créer le doute sur leur volonté réelle de déposer les armes, avant d'accepter. Mais tous les rebelles rwandais en terre congolaise ne semblent pas disposés à quitter les Kivus, comme le prévoit le plan convenu avec la communauté internationale.

En effet, d’autres rebelles rwandais continuent de poser des préalables telle l’acceptation par le Rwanda de l’instauration d’un dialogue entre Rwandais. Ces préalables sont refusés par Kinshasa qui ne peut pas, en ce moment, exercer de pression sur Kigali. Le gouvernement affirme vouloir d’abord sécuriser les populations congolaises, premières victimes des FDLR.

Début janvier 2015, les forces armées de la RDC (FARDC), appuyées par la brigade internationale d’intervention de la Mission de l'ONU au Congo (Monusco) devraient  entrer en action pour désarmer de force les réfractaires au désarmement volontaire. Une décision réaffirmée à la réunion de la conférence internationale pour la région des Grands Lacs, tenue récemment à Luanda en Angola.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.