Republier
Médias

Médias: écran noir pour l’agence d’information AITV

L'AITV, l'Agence internationale d’images de télévision avait été créée en 1985.
© France Televisions

L'AITV, l’Agence internationale d’images de télévision, s'est éteinte ce dimanche soir, faute de financements publics. Elle fournissait des images et des journaux sur l'Afrique à des chaînes de télévision internationales comme TV5 Monde ou France 24.

Pendant un an et demi, les 28 journalistes de la rédaction de l'AITV ont espéré que leur agence survive. Pour l'un d'entre eux, Didier Givodan, le rôle même de l'agence internationale d'images de télévision aurait justifié son maintien :

« L’AITV assure depuis 28 ans un service de distribution d’images d’actualité au bénéfice des télévisions africaines, rappelle-t-il. L’AITV fournissait ses images à France 24 en anglais et en français, à TV5 Monde pour son journal Afrique et sa rédaction produisait tous les jours un journal qui était diffusé sur une des chaînes de France Télévisions, France Ô, et qui a donc disparu. »

Pour ce syndicaliste de la Société nationale des journalistes (SNJ), le fait que les pouvoirs publics aient mis fin au financement de la rédaction lance un message très négatif à l'international. « Quand on décide de supprimer un journal sur l’Afrique, ça veut dire que l’on considère que l’Afrique est un sujet pour les téléspectateurs qui vivent en France. Par ailleurs, souligne Didier Givodan, pour les pouvoirs publics cela revient à dire : "on n’a plus les moyens". Ou en tout cas : "ce n’est plus une priorité d’aider les télévisions africaines à pouvoir offrir à leurs téléspectateurs des journaux qui couvrent l’actualité continentale et internationale". »

Les 28 journalistes de la rédaction seront réaffectés à France Télévisions. Quant aux 30 correspondants africains de l'agence, ils devront exercer leur métier auprès d'autres médias.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.