RDC: le président Kabila fait vibrer la corde nationaliste

Jospeh Kabila, président de RDC (ici en décembre 2011).
© AFP PHOTO / GWENN DUBOURTHOUMIEU

En RDC, le président Joseph Kabila s’est exprimé, ce lundi, devant les deux chambres du Parlement réunies en congrès. Un discours annuel très attendu alors qu'une élection présidentielle est normalement prévue en 2016 et que l’opposition presse le président de se prononcer sur son départ ou non du pouvoir. Au final et après plus d’une heure de discours, aucune réponse claire n’a été apportée sur cette question.

A la question y aura-t-il une présidentielle en 2016, comme le prévoit la constitution congolaise ? Joseph Kabila n’a donné aucune réponse. Le président s’est contenté de rappeler son attachement à la Loi fondamentale et au processus électoral sans indiquer son intention ni aucun calendrier.

Pour les partis d’opposition, en insistant sur l’importance du recensement de la population congolaise Joseph Kabila a ouvert la porte à un glissement du calendrier électoral. Car recenser la population de ce gigantesque pays pourrait prendre trois ans et pourrait servir d’excuse pour retarder la présidentielle. Une façon pour Joseph Kabila de se maintenir au pouvoir sans violer la Constitution, estime l’opposition.

Cette absence de positionnement clair, le président congolais en a également fait usage pour les violences qui secouent la région de Béni depuis plus de deux mois. Une minute de silence et des condoléances nationales, mais aucune annonce concrète pour régler ce problème d’insécurité. Pas d’ouverture d’une enquête ou de changement des bataillons sur place, comme le réclame la population.

Défense de son bilan

Pour le reste, Joseph Kabila a très largement défendu son bilan dans les secteurs de l’économie, des infrastructures et de l’éducation. Le président congolais s’est par contre montré très ferme dans sa volonté de réaffirmer la souveraineté de son pays en s’interrogeant sur le bien-fondé de l’implication de la communauté internationale sur le dossier des élections : « Nous sommes toujours prêts à recevoir des avis, conseils et suggestions » de nos partenaires a affirmé le président, mais jamais des « injonctions ».

Un président qui a également annoncé sa volonté de voir la présence des 20 000 hommes armés de la Mission de l’ONU au Congo commencer à se réduire du fait du renforcement de l’armée et qu’il n’y a désormais « plus de guerre classique » en RDC.

Au final, Joseph Kabila a donc fait vibrer la corde nationaliste ce lundi tout en entretenant toujours le suspense sur ses intentions en 2016.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.