En Angola, on se félicite du rapprochement américano-cubain

Le leader cubain Raul Castro recevant le président angolais José Eduardo dos Santos à La Havane, le 18 juin 2014.
© AFP PHOTO/ADALBERTO ROQUE

La nouvelle du rétablissement des relations entre Cuba et les Etats-Unis est largement commentée et saluée en Angola. Le pays est un ami et allié historique de La Havane d’autant que Cuba a en effet apporté une aide décisive au camp de l'actuel président angolais José Eduardo dos Santos lors de la guerre civile qui a secoué le pays entre 1975 et 2002. Depuis, les liens sont restés très forts entre les deux pays.

« L'Angola est très satisfaite de voir qu'un pays ami enregistre une victoire supplémentaire dans la recherche de son bien-être et de son développement. Je suis très content, vraiment ravi. C'est une nouvelle qui me satisfait ». C'est le sentiment partagé par nombre d'Angolais qu'exprime le professeur d'histoire Fernando Gamboa. Et pour cause, l'amitié qui unit Luanda et La Havane est ancienne. « Nous, les Angolais, nous avons des liens très forts avec Cuba. Surtout les personnes qui sont du parti au pouvoir, le MPLA [le Mouvement populaire de libération de l’Angola, ndlr], car il y a des sacrifices qu'on ne peut pas oublier : beaucoup de Cubains sont morts aux côtés des Angolais dans la lutte contre le régime sud-africain de l'apartheid. »

Une proximité réaffirmée sur la scène internationale

En 1975, au lendemain de l'indépendance, l'Angola bascule dans la guerre civile. Le Mouvement populaire de libération de l'Angola est mis en difficultés par l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (Unita) et le Front national de libération de l'Angola (FNLA), soutenus par le Zaïre et l'Afrique du Sud. Grâce à l'intervention militaire massive de Fidel Castro, le MPLA communiste fait face, puis prend l'avantage. Mais la coopération entre les deux alliés ne s'arrête pas là. « Beaucoup d'Angolais doivent leur éducation au gouvernement cubain, depuis l'école primaire jusqu'à la formation universitaire », ajoute Fernando Gamboa.

Aujourd'hui, cette proximité entre l'Angola et Cuba devrait être réaffirmée sur la scène internationale, comme l'explique le spécialiste de la diplomatie angolaise Berlamino Van Dunem : « Il est question des relations bilatérales entre Américains et Cubains, mais leur évolution pourrait faciliter les relations multilatérales au niveau des Nations unies notamment où l'Angola se situe aux côtés de Cuba. »