Burkina Faso: Le Balai citoyen rend hommage à Thomas Sankara

La tombe de Thomas Sankara au cimetière de Dagnoen de Ouagadougou, 22 novembre.
© RFI/Guillaume Thibault

Dimanche 21 décembre était la date anniversaire de la naissance du capitaine Thomas Sankara. Une occasion saisie par le mouvement du balai citoyen et des partis sankaristes pour rendre hommage au père de la Révolution burkinabè. Le Balai citoyen a aussi fait le bilan d’une année de lutte sur la tombe de Thomas Sankara.

C’est avec le Ditanyè, l’hymne national du Burkina Faso, que les membres du mouvement Le Balai citoyen ont entamé la cérémonie d’anniversaire du capitaine Thomas Sankara. Sur leurs tee-shirts, on pouvait lire « la lutte continue », « notre nombre est notre force ».

En présence de l’avocat de la famille Sankara, les membres du Balai citoyen ont fait le bilan d’une année de lutte. « Cette cérémonie, d’abord, pour marquer le retour sur une promesse faite ici même il y a un an et quinze jours, celle de permettre les conditions du jugement des assassins du camarade capitaine Noël Isidore Thomas Sankara, a déclaré Serge Bambara dit Smockey, le porte-parole du mouvement. Et lui rappeler que nous avons certes réussi à obtenir une étape de la victoire. Nous en sommes à la seconde, celle de la justice. »

Des balais ont été déposés sur la présumée tombe du capitaine Thomas Sankara et de ses camarades assassinés en même temps que lui le 15 octobre 1987. « Dans certaines régions au Burkina, lorsque quelqu’un meurt et qu’on ne sait pas les auteurs de sa mort, les circonstances et autres, on accompagne le défunt avec un balai en lui disant de nous aider à retrouver ses tueurs, ses assassins, rappelle Karim Sama, dit Samsk’le Jah. Il y en a qui ont dit qu’ils ont quitté Blaise ; ce n’est pas suffisant. Nous, nous voulons savoir ce qui s’est passé le 15 octobre. » Selon l’avocat, la famille attend toujours l’autorisation officielle écrite du gouvernement afin de procéder à l’expertise de la tombe.