RCA: Heurts meurtriers entre anti-balaka et ex-Seleka près de Bambari

Des combattants de l'ex-Seleka en route vers un village à 25 kilomètres de Bambari, le 25 mai 2014.
© REUTERS/Siegfried Modola

Des heurts ont opposé samedi matin dans le centre de la Centrafrique des anti-balaka et des éléments de l'UPC, un groupe composé d'ex-Seleka. Les violences se sont déroulées très tôt dans la matinée à Gbotobadia, un village situé à une trentaine de kilomètres de Bambari. Les combats ont fait plusieurs victimes. On compte au moins quatre ex-Seleka tués et quatre autres blessés. Le corps d'un anti-balaka a été retrouvé. Trois civils sont également morts.

Les anti-balaka ont attaqué au point du jour, aux alentours de 5h du matin, prenant visiblement par surprise le petit contingent d'ex-Seleka qui gardait la barrière d'entrée de Gbotobadia. Selon un porte-parole de l'UPC, l'une des branches de l'ex-Seleka qui contrôle la zone, la dizaine d'hommes en faction a vite été submergée, mais des renforts envoyés de Bambari auraient permis de repousser les assaillants.

En tout cas, le village où ne résident plus que quelques familles a de nouveau été endeuillé. Quatorze de ses maisons ont également été incendiées selon le Comité international de la Croix-Rouge, qui a procédé à l'inhumation de quatre corps sur place. Une demi-douzaine de blessés par balle ont également pu être acheminés à Bambari pour être hospitalisés. « L'assaut semblait très ciblé », indique un témoin.

En tout cas, il intervient alors qu'anti-balaka et UPC sont en pourparlers à Bambari, sous l'égide de la Minusca, en vue d'un cessez-le-feu. La zone est en effet régulièrement secouée par des violences. Tous les villages le long de la route numéro 2 qui mène à Gbotobadia sont déserts depuis des mois. Leurs habitants sont pour la plupart installés dans les camps de déplacés de Bambari. « L'accord devait être conclu ces jours-ci, mais après cet incident, les négociations risquent de se compliquer un peu plus », confie une bonne source.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.