Burkina Faso: le fils Zongo se félicite de la réouverture de l’enquête

Manifestation pour exiger la lumière sur l’assassinat de Norbert Zongo en 2008, à Ouagadougou, Burkina Faso.
© AFP PHOTO/STRINGER

Au Burkina Faso, les autorités de la transition ont tenu leurs promesses et annoncées, mardi lors du conseil des ministres, la réouverture du dossier judiciaire concernant la mort de Norbert Zongo. Ce journaliste avait été assassiné en 1998 alors qu'il enquêtait sur la mort du chauffeur du frère du président déchu, François Compaoré.

En 2006, la justice avait déclaré un non-lieu et depuis, sa famille ne cessait de demander justice. Après la volonté politique et les grandes déclarations du président Michel Kafando et du Premier ministre Isaac Zida, place désormais au temps judiciaire. Pour le directeur de cabinet du ministère de la Justice, Emmanuel Ouedraogo, la réouverture du dossier Norbert Zongo est la conséquence d'une décision de la Cour africaine de droits de l'homme et des peuples. Celle-ci, explique-t-il, « a observé que l'Etat burkinabè a arrêté la procédure comme si elle avait été close, alors qu'aucun coupable n'avait été retrouvé.»

Pour Guy, le fils de Norbert Zongo, avec la chute du régime de Blaise Compaoré, la justice burkinabè n'a désormais plus les mains liées. « La justice était muselée, affirme-t-il les gens avaient peur de parler à l'époque, mais maintenant, les masques sont tombés, je crois qu'on va savoir qui a fait quoi exactement sur ce dossier ». Il espère désormais que des témoins ne se cacheront plus et parlerons.

L'avocat de la famille Zongo va plus loin. Maitre Farama, attend de la justice des actes concrets, et notamment que des demandes d'extraditions soient lancées à l'encontre de Blaise Compaoré et de son frère François qui a été cité à maintes reprises dans ce dossier.

La famille Zongo qui dit avoir totalement confiance dans la justice attend désormais des actes concrets.

C’est un sentiment de joie et de confiance quand même parce qu’à la dernière commémoration de la mort de papa, le 13 décembre, nous avions eu le plaisir de recevoir le Premier ministre et le ministre de la Justice.

Guy Zongo
24-12-2014 - Par Guillaume Thibault

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.