Cameroun: huit soldats disparus dans les combats contre Boko Haram

Des soldats camerounais, le 17 juin 2014, surveillent leur position dans la ville-frontière d'Amchidé, à l'extrême nord du pays, une ville soumise aux exactions du mouvement islamiste Boko Haram.
© Reinnier KAZE / AFP

Au Cameroun, le calme est revenu au camp d’Achigachia, dans le nord du pays, après les combats de dimanche contre le groupe islamiste nigérian Boko Haram. Pour la première fois, l'armée camerounaise a dû avoir recours à des bombardements aériens pour contraindre les jihadistes à évacuer le camp militaire de la ville qu'ils ont occupé pendant plusieurs heures. Les combats ont été particulièrement intenses. L’armée avance un premier bilan de huit soldats disparus.

L’information provient d’une source à l’état-major des armées. Selon elle, les huit soldats qui manquent à l’appel seraient probablement morts. Le bilan des pertes dans les rangs des assaillants n’a toujours pas été communiqué. Il devrait, en tout cas, « être lourd », pense-t-on au ministère de la Défense, si l’on en juge le nombre impressionnant des combattants de la secte islamiste - près d’un millier - qui a investi Achigachia. Les bombardements de l’aviation camerounaise ont complètement rasé le camp militaire qui n’est désormais plus qu’un champ de ruines.

Après avoir été repoussés du camp, les islamistes de Boko Haram se sont repositionnés à peine 5 km plus loin, côté Nigeria. Ils y tiennent un camp militaire repris il y a quelques mois à l’armée nigériane.

La situation sur le terrain est toujours aussi confuse. A Yaoundé, les réunions de crise se sont multipliées lundi à l’état-major des armées. En milieu d’après-midi, nous avons appris que le chef d’état-major et d’autres hauts gradés militaires avaient quitté la capitale pour se rendre dans la zone des combats.

Et pour ne rien arranger à la tension ambiante, un véhicule militaire a sauté lundi sur un engin explosif sur la route Amchidé-Kolofata, toujours dans la région de l’extrême nord. Deux soldats qui étaient à bord ont été tués.