L'Algérie va investir 70 milliards de dollars dans le gaz de schiste

Dans une raffinerie de la Sonatrach près de In Salah, en Algérie.
© Adam Berry/Getty Images

L'Algérie va investir 70 milliards de dollars en 20 ans dans l'exploitation du gaz de schiste, a annoncé la Sonatrach. Pendant ce temps les habitants des régions concernées continuent de manifester contre les risques pour l'environnement liés à la méthode d'extraction du gaz de schiste.

Pour parvenir à une production de 20 milliards de mètres cubes de gaz de schiste par an la Sonatrach, le groupe public algérien, va forer 200 puits par an. Ce qui implique un investissement de 70 milliards de dollars en 20 ans.

L'Algérie est classée au troisième rang mondial pour ses réserves de gaz de schiste exploitables et entend bien les récupérer. Face à la protestation grandissante des habitants du Sahara concernés par ces forages, le PDG de la Sonatrach Said Sahnoun s'est voulu rassurant : « Il faut clarifier et lever les ambiguïtés autour du gaz de schiste (...) peut-être que nous n'avons pas suffisamment communiqué sur sujet, les craintes sont justifiées ». Mais il a assuré produire du gaz propre grâce notamment à la gestion des eaux de rejet.

La méthode de fracturation hydraulique de la roche pour extraire le gaz de schiste fait largement appel à l'eau menée de produits chimiques. D'où le risque de pollution des nappes phréatiques dénoncé par les opposants au projet. Depuis le 1er janvier, les écoles les commerces et les administrations publiques sont fermées à In Salah et les manifestations se multiplient pour exiger l'arrêt des forages.