Gnassingbé avec les Charlie à Paris: vives critiques de l’opposition

Le président français a accueilli ses hôtes un par un sur le perron de l'Elysée dimanche : sur la photo le président du Togo Faure Gnassingbé.
© AFP/Matthieu Alexandre

Faure Gnassingbé, le chef de l'Etat togolais était l'un des six présidents africains à défiler aux côtés de François Hollande hier, au cours de la Marche Républicaine de Paris, suite au double attentat de la semaine passée qui a fait dix-sept morts. Une présence que l'opposition togolaise a très peu appréciée.

« J’ai beaucoup hésité [à venir], expliquait hier le président togolais à RFI. Deux choses m’ont finalement déterminé : la première, c’est l’extraordinaire mobilisation du peuple français dans plusieurs villes, des mobilisations spontanées, des citoyens, du petit peuple. Il est évident que tout le monde est touché, ressent la douleur du peuple français. Et pour moi qui ai vécu dans ce pays pendant plus de dix ans, j’ai compris que la France était touchée, qu’il y avait une douleur, qu’il y avait un désir de rester debout face à l’événement. La France est un pays ami. Quand on a un ami, dans les moments douloureux comme ça, il faut être à côté ».

Seconde raison à la présence du président togolais, le nécessaire front commun à constituer contre le terrorisme dans une région où précisément sévit le terrorisme. Faure Gnassingbé l'a expliqué à RFI. Mais l’opposition au Togo a peu apprécié la présence de Faure Gnassingbé à Paris. Le porte-parole de l'ANC, L'Alliance nationale pour le changement parle d'insulte faite au peuple du Togo.

« Nous sommes scandalisés d’apprendre que Faure Gnassingbé, qui refuse la liberté même de manifester dans son pays et la liberté de la presse - Rappelez-vous que l’on a interdit plusieurs radios à Lomé, [que l’] on a des pressions sur des journalistes, pas plus tard que la semaine dernière, on a insisté auprès de certaines radios pour que les leaders de l’opposition ne puissent pas intervenir ; que Faure Gnassingbé aille manifester pour la liberté de la presse dans un pays étranger est un scandale pour nous. C’est totalement inadmissible et cela montre la duplicité de ce régime. Et qu’il aille défiler, marcher pour soutenir la liberté de la presse en France, je crois que c’est une insulte à l’intelligence du peuple togolais » s’indigne Eric Dupuis.