Mort de Laurent-Désiré Kabila: le dossier judiciaire toujours ouvert

Une affiche au sol de l’ancien président congolais, Laurent-Désiré Kabila. Photo prise en septembre 2000.
© Getty Images/Tyler Hicks/Liaison Keystone-France

En RDC, on commémorait ce vendredi 16 janvier, comme chaque année, la mort de Laurent-Désiré Kabila, brutalement assassiné le 16 janvier 2001 par l’un de ses gardes rapprochés. Au-delà des cérémonies d’hommage à l’homme d’Etat, cet anniversaire est aussi l’occasion de revenir sur un dossier judiciaire qui n’est toujours pas bouclé depuis 14 ans. Une soixantaine de personnes ont été condamnées à mort ou à la perpétuité en 2003. Toutes clament leur innocence et demandent à être rejugées ou amnistiées.

Le 16 janvier 2001, vers 13h30, Laurent-Désiré Kabila est abattu dans son bureau de trois balles par l’un de ses gardes du corps, Rachidi Kasereka. Il sera lui-même tué quelques minutes plus tard par l’aide de camp du président, un certain Eddy Kapend. Le principal complice, qui attendait le meurtrier dans une voiture à l’extérieur du palais présidentiel, réussit à prendre la fuite. S’ensuit alors une gigantesque rafle dans l’entourage du président défunt.

En 2002, 120 prévenus sont jugés en neuf mois dans un procès express devant une cour militaire. Certains ont subi de la torture. Trente personnes sont finalement condamnées à mort. Parmi elles, le fameux Eddy Kapend, qui a pourtant neutralisé l’assassin de Kabila père. Vingt-six sont condamnées à perpétuité et six à vingt ans de prison. Le principal complice, lui, a pris la fuite vers l’Europe et n’a jamais été jugé. Idem pour les commanditaires de l’assassinat. Tous ceux qui se sont penchés sur le dossier doutent que ceux qui sont en prison à Kinshasa soient les véritables coupables.

Pourtant, 14 ans après, 43 personnes sont toujours derrière les barreaux. Car certaines ont réussi à fuir. En 2003, le juge déclarait lui-même que le dossier n’était pas clos. Depuis dix ans, les avocats et les organisations de protection des droits de l’homme demandent donc à ce que ces personnes soient rejugées dans un procès équitable au nom du droit à la défense ou, étant donné que les faits sont vieux de 14 ans, qu’elles soient tout simplement amnistiées.

Sept condamnés morts en détention

En 2005, une loi d’amnistie pour faits de guerre, infraction politique et délits d’opinion a été adoptée. En 2014 aussi. Mais à chaque fois les condamnés pour l’assassinat de Kabila père ont été exclus de ces amnisties. Les gouvernements se succèdent et rien ne se passe. Pendant ce temps, les détenus continuent de croupir en prison. Sept déjà sont morts en détention.

En 2013, une ONG congolaise l’Asadho (Association africaine de défense des droits del’homme) saisit cette fois la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, une institution de l’Union africaine dont la RDC fait partie. Pour la première fois, une instance internationale prend position sur ce dossier délicat de la justice congolaise. Sa décision rejoint en tout point ce que disent les ONG congolaises depuis des années. Pour elle, le procès n’a pas été équitable et les droits des prévenus non respectés.
Les 43 détenus encore vivants doivent donc être immédiatement libérés. Ils doivent être indemnisés par l’Etat congolais. Enfin, la cour militaire congolaise doit être mise aux normes d’un Etat de droit pour qu’un procès équitable puisse être rouvert.

La Commission africaine des droits de l’homme donne 180 jours (6 mois) à ses Etats membres pour mettre en application ses recommandations. Mais plus d’un an après cette décision qui date de novembre 2013, rien. Aucune mesure n’a été prise. Le ministère de la Justice que nous avons contacté jeudi n’a pas été en mesure de réagir à ce nouvel élément. Le porte-parole du gouvernement, Lambert Mendé, a dit de son côté que son Etat refusait les injonctions. Les ONG congolaises réfléchissent à d’autres voies de recours au niveau de la justice internationale.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.