Charlie Hebdo: au Niger, un responsable musulman condamne les violences

Des affrontements entre forces de l'ordre et manifestants ont eu lieu ce samedi 17 janvier près de la grande mosquée de Niamey, au Niger, contre le journal satirique Charlie Hebdo et la publication d'une nouvelle caricature du prophète Mahomet.
© AFP PHOTO / BOUREIMA HAMA

Dimanche, une manifestation de l'opposition a été interdite dans un contexte très tendu, celui des violentes manifestations qui ont secoué Zinder et Niamey vendredi et samedi, des manifestations de protestation suite à la publication d'une caricature du prophète à la Une du dernier numéro de Charlie Hebdo, et qui ont fait dix morts. Les dignitaires religieux musulmans du Niger ont appelé au calme. Le Docteur Boubacar Seydou Touré est le secrétaire général de l'Association islamique du Niger, qui gère la grande mosquée de Niamey. Tout en estimant que la Une de Charlie Hebdo est une provocation insupportable pour les musulmans, il affirme que les violences de ces derniers jours sont contraires à la religion.

C'est une mauvaise connaissance de l'islam et une mauvaise compréhension de la chose.[...] On ne doit pas rendre le mal par le mal. La solution, c'est d'intégrer l'enseignement de l'islam dans nos écoles et faire de la sensibilisation.

Dr Boubacar Seydou Touré
19-01-2015 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.