Sénégal: la défense de Karim Wade suspend sa participation au procès

Le procès de Karim Wade se poursuit devant la Cour de répression de l'enrichissement illicite.
© AFP PHOTO / PHOTOSEYLLOU

Le procès de Karim Wade se poursuit sans les avocats de la défense et sans le principal accusé. Alors que le fils de l’ancien président refuse de comparaître depuis deux jours devant la CREI, la cour qui le juge pour enrichissement illicite, les avocats de la défense ont décidé à la reprise de l'audience, ce mardi 21 janvier, de suspendre leur participation à ce procès jusqu’à nouvel ordre.

Ce mardi matin, Karim Wade n’est pas monté dans le box des accusés. « Je refuse de comparaître », a-t-il déclaré à l’huissier dans la cave du tribunal. L’audience commence sans lui. L’adjoint au procureur spécial prend la parole : « Si le prévenu décide de ne plus participer au procès, c’est son droit le plus absolu. Mais dans ce cas, ses défenseurs n’auront plus le droit de s’exprimer. »

Pour la défense, c’est la goutte d’eau. Déjà la semaine dernière, Me Amadou Sall s’était fait expulser de la salle après une altercation verbale avec le président de la cour. Les avocats décident alors de quitter l’audience jusqu’à nouvel ordre. « La défense de Karim Wade et des autres prévenus s'aperçoit que les dés sont pipés. C'est-à-dire que les manifestations de partialité sont tellement nombreuses qu'on ne peut pas les citer. La décision de quitter le procès est une décision des avocats de la défense de tous les co-prévenus et de M. Karim Wade lui-même parce que nous refusons de cautionner pour l'Etat du Sénégal une parodie de justice », affirme Me Seydou Diagne, l'un des avocats de Karim Wade.

Du côté de l’accusation, Me Elhadj Diouf y voit une stratégie de la défense pour saboter le procès et victimiser Karim Wade. Le procès devrait se poursuivre ce mercredi matin sans le fils de l’ancien président et sans aucun représentant de la défense.