RCA: qui est Andilo, l'homme réclamé par les preneurs d'otages?

Un élément anti-balaka photographié près de Bouca en avril 2014. Sur place à cette période, Andilo avait infligé une lourde défaite au puissant chef Seleka al-Khatim.
© AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO

En Centrafrique, la Française Thérèse Claudia Priest et le frère Gustave, un Centrafricain, sont toujours aux mains de leurs ravisseurs. Les négociations durent depuis leur rapt lundi matin, par des éléments appartenant au groupe d'Andilo, un chef anti-balaka en prison depuis samedi et dont ils demandent la libération en échange des otages. La question agite tout Bangui. Qui est celui qui se fait appeler « général Andilo » ?

Il a 26 ou 27 ans, il a été arrêté ce week-end, et il est particulièrement craint dans tout l'ouest de la RCA. Rodrigue Ngaïbona, alias Andilo, a déjà un palmarès chargé. C'est en 2012 qu'on trouve pour la première fois sa trace. Il est alors un coupeur de route, un voleur de bétail bien connu dans la région de Batangafo. A l'époque, les autorités tchadiennes auraient demandé à Bangui sa neutralisation.

Le 5 décembre 2013, avec son groupe, celui qui ne se prétend alors que « colonel » participe à la vaste offensive anti-balaka sur Bangui. Dans les mois qui suivent, Andilo monte en puissance. En avril 2014 à Bouca, il inflige une cuisante défaite à un lieutenant du puissant chef Seleka al-Khatim. En juillet et en août, son groupe très actif dans cette zone est à la pointe de l'attaque contre les Seleka à Batangafo.

Quelques jours plus tard, il est à Bangui et affronte avec ses hommes une autre faction anti-balaka commandée par d'anciens militaires. Des affrontements violents qui s'arrêtent en échange de plusieurs véhicules. Régulièrement d'ailleurs, Andilo se rend à Bangui pour « s'approvisionner » en véhicules. En septembre, il est soupçonné d'être à l'origine de l'incendie d'un village entre Damara et Bouca, où son frère a été tué la veille.

En octobre 2014, il s'en prend à un convoi de la mission onusienne Minusca à Bangui. Un casque bleu pakistanais est tué. Encore récemment, au début du mois de janvier 2015, Andilo jouait les stabilisateurs, en lançant un ultimatum aux braqueurs et voleurs de son fief de Boy-Rabe. Or, quelques jours plus tard, peu avant son arrestation à Bouca, il est soupçonné d'avoir braqué une église du 4e arrondissement de Bangui, pour voler le véhicule du diacre.