Libye: des jihadistes du groupe EI se font exploser dans un hôtel

Les forces de l'ordre sécurisent l'hôtel Corinthia, cible d'une attaque terroriste. Tripoli, le 27 janvier 2015.
© REUTERS/Ismail Zitouny

Une voiture a explosé devant l'un des grands hôtels de la capitale libyenne, Tripoli, ce mardi matin. Plusieurs hommes armés ont investi les lieux. Des tirs ont ensuite été entendus. L'assaut lancé sur l'Hôtel Corinthia a pris fin en début d'après midi après que les assaillants se sont fait exploser. L'attaque a été revendiquée par la branche libyenne de l'organisation Etat islamique (EI) qui précise, par ailleurs, dans un communiqué que l’un des assaillants est un Tunisien connu sous le nom de guerre, Abou Ibrahim. Au moins neuf personnes y ont perdu la vie. Un Français, un Américain, deux Philippins et un Sud-Coréen figurent parmi les victimes. On ne connaît pas encore leur identité.

Une, peut-être deux voitures ont explosé devant l'hôtel Corinthia, ce mardi matin lors de l'attaque d'un commando. Puis, trois ou quatre hommes ont pénétré dans l'hôtel qui a ensuite été encerclé par les forces de l'ordre, selon un témoin que RFI a pu joindre au téléphone. Des tirs ont été entendus. Trois membres des forces de sécurité ont été tués et cinq autres personnes blessées.

Selon le porte-parole des opérations de sécurité à Tripoli, Issam al-Naass, interrogé par l'AFP, les assaillants ont ensuite été « pourchassés et encerclés au 21e étage de l'hôtel par les forces de sécurité. » Il précise que « les assaillants ont fait détonner les ceintures explosives qu'ils portaient. »

Au total, neuf personnes, dont trois gardes de sécurité et cinq étrangers présents dans l'hôtel, ont perdu la vie. On connait désormais leur nationalité. Il s'agit d'un Français, un Américain, deux ressortissantes des Philippines et un Sud-Coréen. La question est de comprendre ce que visaient les terroristes. On sait que le Premier ministre du gouvernement autoproclamé, Omar al-Hassi, était présent dans l'hôtel au moment de l'attaque. Il a pu être évacué sans encombre. On sait aussi qu'au 24e étage, là où le commando s'est fait exploser, se trouve la délégation diplomatique du Qatar, mais personne ne se trouvait sur les lieux au moment de l'attaque.

L'hôtel Corinthia abritait auparavant les missions diplomatiques à Tripoli. © (Photo by Wolfgang Kaehler/LightRocket via Getty Images)

Revendication rapide du groupe EI

L'hôtel Corinthia est l'un des deux derniers hôtels de luxe encore en activité dans la capitale libyenne. Mais il quasiment vide depuis des mois. Pourtant c'est un symbole, car cet hôtel était autrefois le pied à terre des diplomates et des responsables de gouvernements.

Très rapidement, le groupe Etat islamique en Libye a revendiqué cette attaque. Elle est même baptisée « Raid Abou Anas al-Libi », du nom du terroriste arrêté en octobre 2013 par les Américains lors d'un raid à Tripoli et mort en détention le 2 janvier dernier à New York.

Depuis décembre, c'est le troisième attentat revendiqué par l'organisation à Tripoli. Les jihadistes disposent d'une place forte dans la ville de Derna, sa première implantation hors de la Syrie. Ce qui inquiète les observateurs, c'est que l'organisation terroriste semble passer à la vitesse supérieure en intensitifiant ses actions dans la capitale libyenne.

Fajer Libya, le groupe de milice qui contrôle la région de Tripoli, attribue l'attentat non pas à l'EI mais à son adversaire de Benghazi, le général Haftar.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.